Des mots perdus. Retrouvés

obama-et-sa-fille

Ça fait 3 semaines que j’ai repris le taf après des vacances amplement méritées.

Je me suis comme qui dirait, remise dans mon quotidien.

Réveil, tentative pour ne pas repousser aux calendes grecques le mode repeat de mon réveil, se lever enfin, ouvrir les volets, se préparer à manger, méditer, une douche, choix de fringues, se mettre de la crème et ainsi de suite.

Même si à ce quotidien, j’ai intégré quelques menus changements : comme le fait d’écrire un peu tous les matins, de finir mon trajet métro travail une station plus tôt et de redécouvrir une rue de Paris dans laquelle je suis passée rarement. Je regarde les gens, les immeubles, l’ambiance. J’arrive presque tous les jours à me préparer mon lunch du midi chez moi et j’arrive à programmer ce que je vais me faire à manger pour toute la semaine. Ça je le faisais avant, mais pas avec autant de régularité.

Ce matin, là, je ne déroge pas à mes habitudes.

Je suis assise sur mon lit dans ma chambre. Les volets sont ouverts, la fenêtre est entrouverte. Les rideaux empêchent le regard des curieux. Dans l’immeuble, je suis au rez-de-chaussée, il y a des avantages et des inconvénients, mais ce que j’aime c’est que mon appart donne sur une petite rue, suffisamment animée pour que j’entende et vois les gens vivre, converser, s’animer et suffisamment calme pour ne pas être importunée par trop de bruit.

Je suis assise et je me tartine de crème, c’est que j’ai les jambes sèches. Mes pieds aussi.

A un moment, j’entends un babillage d’enfant. Un son mignon, cristallin, mais puissant, c’est une petite fille je crois. Elle parle, baragouine des mots. Je ne sais pas ce qu’elle dit, mais j’aime entendre son babillage, elle est mignonne je me dis. Puis il y a cette voix, le papa sûrement :

Attends mon petit cœur. Attends.

Je m’arrête. La phrase résonne dans ma tête. En boucle, elle fait son chemin.

Attends mon petit coeur. Attends.

A voix haute je dis : putain, c’est beau.

C’est à ce moment là que je pleure. Beaucoup de larmes. J’ai des soubresauts dans le corps tellement c’est fort.

Attends mon petit coeur. Attends.

Je pleure. Oh oui je pleure, mais en même temps je souris, je me mets à rire. Je suis émue, mais je me sens à la fois tellement heureuse parce qu’à cet instant, je retrouve la sensation de la chaleur paternelle. Le souvenir d’intonations chargées d’émotions et surtout, surtout j’ai retrouvé la plus belle des intonations celle du papa attentif qui fait attention et qui montre avec douceur qu’il est là.

Parce qu’il est toujours là.

Pendant plusieurs minutes, une autre routine me revient. Le chemin de retour d’école, mon cartable sur le grand dos large de mon papa. Moi qui marche sur ce petit muret avec la sensation que je suis une aventurière. Ce pain au chocolat boulotté sur la route, le fruit que je ne voulais pas manger. La sempiternelle phrase que j’aimais plus que tout : alors raconte moi ta journée. Et moi qui parle, parle, parle de tout, de chaque détail, qui aime raconter tout parce que je ne veux pas qu’il en perde une miette. Cette voix grave, son accent, sa manière de prononcer mon prénom d’une façon tellement belle que je l’entends encore à l’oreille aujourd’hui.

Une porte vient de s’ouvrir dans mon âme.

Pourquoi ce moment là. Est-ce que c’est juste d’entendre ce papa et sa petite qui a ravivé tout ça ?

Est ce que c’est ce livre de Barack Obama qui parle avec émotion de la manière dont sa relation avec son père a influencé sa vie entière ?

Est ce que les morts nous parlent ? C’est une question qui me vient parfois.

Est ce que ? Est ce que ? Je laisse mes questions en suspens et je décide de sortir des photos. Elles sont là, elles m’accompagnent depuis des années. Mais ce matin là, j’ai juste envie de les mettre sur ce meuble de ma chambre pour pouvoir regarder à l’envi ces instants capturés. Moi à 3 ans posant fièrement avec mon gâteau d’anniv et mes petites voitures avec un bras autour des épaules de mon père. Moi bébé toute petite dans les bras de mon père souriant.

Voilà, elles sont posées maintenant. Je ne les bouge plus.

Cette porte s’est ouverte. Je ne la ferme plus.

Publicités

4 Réponses

  1. Tu as eu beaucoup de cran ;
    Impossible de savoir comment on peut réagir quand un truc
    aussi horrible t’arrive
    Toi Tu as pu sortir toute ta rage, et ta peur dans le son de ta voix !
    ET tant mieux cela à fait fuir ce taré !
    Bravo d’avoir eu le cran de la faire, bravo de raconter ça avec courage ici
    Bravo pour être allée à la police, bref bravo pour tout !
    Tu es une jeune femme courageuse pleine de ressources et une fille qui déchire
    Des Bises ta fidèle lectrice

    1. Merci Mariellou, tu as comme d’habitude des mots remplis d’une force et d’une douceur réconfortante.
      Merci pour ton soutien ça me fait du bien :-).
      Je t’embrasse
      Ps : je pense que tu voulais commenter l’article d’octobre, mais on s’est comprises 🙂

  2. C’est magnifique, très émouvant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :