Touriste en mon (ancien) royaume

DSC_0564

J’ai un nouveau téléphone portable.

Il est rouge, tout plat et rapide. Rapide !

(Ok, il ressemble vaguement à une télécommande c’est bizarre ou esthétique j’ai du mal à me positionner là dessus)

Et je peux enfin prendre de belles photos à foison.

Je prends trop pleins de photos des copains, du chat, de mon taf, du chat, de mon appart, du chat.

Alors je fais du tri dans mon tel et vu qu’elles se stockent automatiquement dans mon google photos, faut que j’y fasse aussi du tri hein.

C’est comme ça que samedi, en parcourant mon google photos, je suis retombée sur des photos de l’an dernier de Belleville (mon ancien quartier). Ça va faire bientôt 5 mois que j’ai déménagé mine de rien.

Cet été, je me suis retrouvée à quelques stations de métro de Belleville/Pyrénées alors j’y suis retournée. Officiellement pour aller voir une dernière fois si j’avais du courrier dans mon ancienne boîte aux lettres et officieusement parce que je voulais juste y aller, comme ça, pour voir.

Un nouveau restaurant s’est ouvert. Le lieu semble sympathique, mais il fait un peu trop branchouille « bobo », une ambiance que je n’aime pas forcément. Sept auteurs (je ne sais pas ce qu’ils écrivent, mais ils sont en train de réfléchir à l’évolution d’un personnage dans leur intrigue) s’échangent des idées. Un mec et une nana fument à l’exterieur. Les 3 boulangeries où j’avais mes habitudes sont encore là. Le pressing est là aussi. Je suis retombée sur le propriétaire du restaurant situé en bas de mon ancien immeuble. Depuis que j’ai déménagé, je l’ai croisé quelques fois et à chaque fois je me demande s’il sait que je suis partie.

Je remonte la rue, je ne sais plus pourquoi, mais j’ai eu envie de regarder en l’air. Et c’est à ce moment là, en contemplant le haut d’un immeuble et ce ciel bleu que je me suis dit : ça y est, ce n’est plus chez toi, tu es une touriste. Ce n’est plus ton royaume.

C’est marrant ce mot royaume qui m’est venue. Peut-être bien que je me sentais intérieurement la reine urbaine 🙂 de ces trottoirs arpentés en long en large et en travers pendant 5 ans. Mon pas vif pour rentrer rapidement et ainsi esquiver un peu la pluie qui tombe à foison, courir pour attraper le bus, choper le métro et me rendre une fois de plus en retard à un rendez-vous avec des potes. Éviter de marcher dans la merde. Marcher dans la merde avec de nouvelles chaussures et maudire la terre entière. Rentrer éreintée d’une grosse journée de boulot avec une seule idée en tête : dormir. Rentrer en rêvassant de ce que le weekend allait me réserver. Aller à la pharmacie et plaisanter avec la pharmacienne du comportement incongru de nos chats respectifs. Aller chez le médecin et  trouver porte close. Revenir du Franprix avec des tas de courses, bien lourdes, encombrantes portées à bout de bras et se promettre pour la énième fois que la prochaine fois je prends un caddie. Passer, repasser, passer devant ce bar où je n’ai plus mis les pieds depuis le jour où le propriétaire avait eu une remarque très désagréable à mon encontre. Passer devant chez ma pote A. Me dire que ça fait longtemps qu’on s’est pas vus, envoyer un message. Revenir chez soi à deux du ciné, d’une expo, d’un anniv de potes, échanger sur la soirée passée et sur d’autres choses. Revenir chez soi à deux, mais se sentir profondément seule. Se souvenir. Sentir qu’il est vraiment temps de quitter ce quartier. Quitter ce quartier.

J’ai eu peur de partir. J’avais peur de ne pas surmonter ma peine de quitter ce coin où je suis restée autant d’années. Je ne me sentais clairement plus chez moi pourtant dans ce quartier et dans mon ancien appartement. Mais J’avais peur de partir. C’est fou comme on reste attaché à des endroits où l’on n’a plus la place pour évoluer.

Je me suis habituée à mon « nouveau » coin, je prends mes marques chez moi. C’est indéniable que ça prend du temps. Mais je ne regrette pas d’être partie.

Et finalement en revenant ce jour là sur ce bout de trottoir, regardant avec une forme de recul ce quartier. Je me suis dit que la réalité a été plus forte que mes projections tremblantes et angoissées. Ce jour la, j’ai aimé m’y balader, j’ai aimé y être de passage et j’ai surtout aimé partir et prendre le métro parce que ce n’était plus chez moi. La réalité c’est que je suis partie, je ne me suis (presque) pas retournée et que là où je suis, je suis mieux. Je me sens mieux en tout cas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

8 Réponses

  1. Quelle poésie! J’adore cet article, je l’épingle pour le relire plusieurs fois. Ça m’a rappelé cette nuit de 2013 où tu m’avais ouvert ta porte avec tant de gentillesse. Héberger une complète étrangère, fallait le faire! Je t’en suis encore hyper reconnaissante. 🙂

    Ton article m’a rappelé les rues près de chez toi, le souper indien et la vue imprenable sur la tour Effeil (c’est encore une de mes photos préférées dans mon feed instagram).

    J’espère qu’on aura de nouveau la chance de se voir dans les prochaines années!

    1. Merci !
      Ca a été un plaisir pour moi de le faire, je t’avais trouvé très sympa et j’avais un très bon feeling avec toi à travers ton blog alors quand il a fallu que tu aies un hébergement ce soir la, je me suis dit : chouette, je vais pouvoir la rencontrer.
      Je me souviens que j’étais à l’autre bout de la région parisienne et j’avais plein de problèmes de transport pour venir, je me disais : mince, j’espère qu’elle ne va pas s’inquiéter et tu m’avais accueilli avec un super sourire, ravie d’être à Paris. Je suis contente de t’avoir emmené manger indien et que tu aies pu avoir un petit aperçu des rues parisiennes. Quand tu avais pris le RER le lendemain, je m’étais dit : ah c’était trop court, il faudra que l’on se revoit.
      C’est un très bon souvenir pour moi aussi, pour ma part j’ai changé de coin, mais je reste proche de Paris donc si tu viens, ma porte est ouverte 🙂 et moi j’ai toujours dans l’idée de venir te voir, je sais que cela ne sera pas tout de suite financièrement et en terme d’organisation, mais ça se fera.
      On arrivera à se revoir je ne m’inquiète pas 🙂

  2. 🙂 (ça me rassure en cette période… ; A ce propos, tâchons-nous de nous croiser un de ces jours ? 🙂 )

    1. Oui je comprends que cela te rassure surtout en ce moment:)
      Nous en reparlerons de visu tout bientôt ok (début octobre ?)
      Ps :j’ai vu le téléfilm « the shining les couloirs de la peur » c’est Stephen King qui a décidé de tourner sa version de shining et j’ai pensé à toi y a melvin van peebles qui joue un rôle central :-). Il a une dégaine à la cool, j’aime bien

      1. « Challenge accepted » pourdébutoctobre ! 😉 (Quand tu peux/vux ! 🙂 )
        (Ah oui ? 🙂 As-tu ce téléfilm ? (C’est noté sinon, merci !) (Héhé, tu as vu ça ; Papa Van Peebles est un sacré spécimen… 🙂 )

        1. Ok pour octobre
          Il est passé sur Nrj12 (j’étais surprise). Il est bien, plus fidèle au livre que la version Kubrick. Graave, c’est un spécimen le gars, il est trop stylé 🙂

  3. oh c’est marrant mais j’ai habité ce quartier pendant de nombreuses années, j’étais plus du côté Couronne/Belleville, c’est un quartier que je connais très bien mais en revanche je n’ai plus trop de plaisir à y aller car j’ai tourner la page, je suis passé à autre chose et j’aime tellement mon nouveau quartier (enfin pas si nouveau que ça puisque j’y suis depuis 6 ans….. mais c’est bien le changement 🙂 faut évoluer.

    1. Ah oui c’est drôle, on se serait presque croisé à quelques temps près
      La même enfin la dernière fois que j’y suis allée le coin me paraissait bien fade
      Oui je confirme le changement ça a du bon☺

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :