Tous les chômeurs sont des feignants (FAUX)

images pôle emploi

Il y a quelques semaines de cela.

Je me suis rendue dans les locaux de SNC (l’association m’ayant trouvée mon travail actuel). J’étais passée voir leur chargée de communication.

Nous parlons vie perso, professionnelle puis chiffres du chômage, stigmatisation des personnes inscrites à Pôle Emploi etc.

Je lui ai raconté un échange ayant eu lieu plus tôt dans la journée.

Treize heures, je sors du théâtre et me dirige vers le Franprix pour aller me chercher une tite collation pour le déjeuner.

Je prends quelques ingrédients pour préparer ma tambouille et j’arrive à la caisse.

Je salue la caissière et le vigile du magasin. Ils sont pris dans une conversation avec un homme.

D’une voix affirmée, l’homme parle de son expérience dans la vie active. Il a 35 ans, mais n’a jamais cessé de travailler. Fier de n’avoir jamais été inscrit à Pôle Emploi. Lui, il n’a jamais touché d’allocations. Et puis de toute façon, tous ces chômeurs qui touchent des sous, ce sont des feignants qui n’ont pas envie de bosser. Quand on est chômage c’est que quelque part on le veut bien. On a envie de rester glander devant la télé toute la journée.

La caissière et le vigile répondent.

Quant à moi.

Bah moi, je fulmine intérieurement. Je me dis qu’il est bien gentil ce monsieur de 35 ans qui n’a jamais arrêté de travailler, qui n’a jamais pointé chez Pôle Emploi, qui n’a jamais touché d’allocations. Oui il est bien gentil, mais y a un moment faut arrêter de se foutre de la gueule du monde. J’ai envie de lui dire que bordel, faut arrêter de généraliser. Comme dans n’importe quelle situation, il y a des gens qui en profitent effectivement. Mais d’un autre côté, il y a aussi des gens qui souffrent d’être au chômage, qui galèrent pour retrouver du travail parce qu’ils ont été abîmés par leur précédente expérience professionnelle. Parce qu’ils ont été victimes de harcèlement moral, sexuel, qu’ils ont été jetés comme des malpropres de leur ancienne boîte parce que devenus trop vieux, trop « chers » ou pas assez, assez performants, assez véhéments pour écraser les autres.

J’avais tous ces éléments en tête et bien d’autres, quand je me suis dit que personnellement je pouvais pas laisser passer ça et que j’avais envie d’exprimer mon point de vue auprès de ce monsieur.

Sans m’énerver outre mesure et en toute diplomatie.

Bien sûr.

Alors je me suis retournée : Ah non, mais monsieur, je ne peux pas vous laisser dire des choses comme ça.

Gros blanc des trois interlocuteurs.

Yeux écarquillés de l’homme, il réagit : ah oui et pour quelles raisons ?

Je lui réponds que j’ai bien compris qu’il expose son expérience, mais que selon moi généraliser sur l’ensemble des chômeurs et d’ailleurs généraliser tout court c’est n’importe quoi. Est ce qu’il connaît tous les chômeurs personnellement ? Est ce qu’il sait que s’inscrire à Pôle Emploi n’est pas une faiblesse ? Je suis ravie de savoir qu’il n’a pas connu la galère de la recherche d’emploi, mais quand on est chômeur, on est souvent autre chose qu’un glandu qui reste roupiller devant son écran.

Il me dit que c’est comme ça, que c’est la réalité qu’il connaît, que les chômeurs sont des feignants. Il me demande si je travaille, je réponds par l’affirmative. Il me prend à parti et me dit que je comprends donc ce qu’il veut dire.

Je ris et je lui raconte que j’ai 33 ans et que cela fait 8 ans que je suis sur « le marché du travail ». Qu’en 8 ans, j’ai connu deux périodes de chômage de près d’un an et demi chacune. J’étais sortie de mes études avec un BAC+5 et que pourtant cela ne m’avait pas ouverte les portes des entreprises. Que j’avais déjà été victime de harcèlement moral et que ça avait flingué pendant de longs mois ma confiance dans le monde de l’entreprise. Et que j’avais été prise par la trouille de retrouver du boulot et de retomber dans une ambiance de travail horrible.  Que pendant mes périodes de chômage, j’avais entendu des gens me dire que je profitais du système, que je glandais et pourtant je cherchais du boulot, j’envoyais des tas de candidatures ça ne marchait pas. Et que surtout, surtout, les gens qui me disaient ça, me connaissaient à peine, voire pas du tout. Des amis d’amis, des gens croisés dans la vie quotidienne. Et que le plus « drôle » c’est que les gens me disaient ça quand je leur disais que j’étais au chômage. Et qu’ensuite, ils se sentaient bien couillons quand je leur expliquais que je ne touchais pas une once d’allocations parce que j’avais démissionné.

Le monsieur hocha la tête : oui, je comprends ce que vous dites, mais vous faites partie des exceptions. Moi je pense qu’il y a pas beaucoup de gens comme vous.

Je lui réponds que si, si. Des gens comme moi il y en a, c’est juste qu’il ne les côtoie pas ou qu’il ne fait pas attention à eux. Et qu’en même temps, je suis pas un modèle. Il y a des tas de profils de personnes sans emploi. Etre au chômage cela peut aussi être un moment de crise, un moment pour se redécouvrir personnellement, professionnellement, un moment pour faire le point oui. Mais forcément un moment de glande, non. Et que bordel, s’il se retrouve un jour chômeur, il n’apprécierait certainement pas d’entendre qu’il est un glandu alors qu’il traverse une passe difficile.

Je finissais là dessus en riant : de l’empathie, de la curiosité monsieur, ça vous fera pas de mal. Vous ne savez pas de quoi la vie sera faite, un jour peut-être que ce sera vous le chômeur qui entendra quelqu’un dire que vous êtes un feignant.

C’est à ce moment là que j’entends le responsable du magasin, dire tout bas à sa caissière « elle a raison la petite ». La caissière acquiesce vivement de la tête.

Je prends mes courses et leur dit au revoir. Leur souhaitant (et particulièrement à l’homme) une bonne après midi.

Je regagne le théâtre avec limite un sentiment de devoir accompli. Roh, non, je ne pense pas avoir convaincu ce monsieur, mais disons que je suis satisfaite d’avoir pu exprimer mon avis.

Publicités

18 Réponses

  1. J’adorerais savoir m’exprimer aussi bien à l’oral, être capable de répondre comme tu le fais et être capable tout simplement d’avoir « les couilles » de donner mon avis comme tu l’as si bien fait là, sans flancher, sans me laisser dominer par mes émotions.
    La classe, « elle a raison la petite » (pas si petite que ça hein parce que t’es pas loin des 35 ans toi non plus ^^)!
    Mille bisous

    1. Ah, mais tu sais je n’ai pas toujours réussi à m’exprimer de cette façon (et il m’arrive encore d’avoir du mal à l’ouvrir).
      Je me souviens encore de moi avant (il n’y a pas si longtemps), qui me refaisait des films sur des situations parce que je n’avais pas réussi à dire ce que je voulais au moment T. Mais le truc rassurant, c’est qu’avec l’âge et la manière dont on évolue et pour ma part un travail thérapeutique, j’arrive maintenant à parler. Tu serais surprise par toi dans ce genre de situations, moi je suis sûre que tu as « les corones » il faut juste lever le voile dessus progressivement 😉
      Bisous ! Bisous (de la petite de bientôt 34 ans mdr :-D)

  2. Mon message sera court … : MERCI ❤

    1. Merci CocoZabrico :-D. Merci beaucoup

  3. Tu as bien fait de lui donner ton point de vue. C’est énervant ce genre de discours généralisateur. À chacun son histoire!

    1. Salut Jasmin 😀
      Oui tout à fait chacun son histoire, on peut se passer de ce genre de discours
      Bonne soirée !

  4. Oh eh bien bravo pour cet acte Elosya franchement je n’aurais pas osé lui dire à cet homme pleins de préjugés idiots mais je te félicite vraiment tu aurais méritée une belle ovation pour cette prise de parole tellement juste !
    Malheureusement des gens il y en a combien dans ce bas monde qui ont des préjugés sur tout et pour tout on voudrait leur dire tellement combien ils se trompent parfois mais on n’a pas toujours l’audace le courage de le faire !!!!
    Alors BRAVO A TOI Tu es une fille épatante 😉

    1. Roh, Marielle merci 🙂
      Une ovation, je sais pas, mais peut-être un petit article gratuit j’aurais bien voulu ;-). Blague à part, c’est grave comme tu dis qu’il y ait des gens qui ont des préjugés aussi bêtement ancrés. Les mecs se trompent c’est clair, mais ils ne se remettent pas en question, donc ils n’évoluent pas.
      Je ne sais d’où m’est venue cette audace ah ah.
      Peut-être bien ma révolte d’entendre autant de préjugés en un seul monologue, c’était trop pour moi.
      Merci pour tes doux mots en tout cas 😀

  5. Je ne peux qu’être d’accord avec tout ce que tu dis. Parfois, on ne se rend même pas compte à quel point la personne en situation de « chômage  » vit un mal-être justement à cause de cela…parfois, oui, c’est un choix mais pour pouvoir créer quelque chose par soi-même. Peut-être qu’il y a des gens qui « profitent » du système mais le chômage ne dure pas non plus éternellement, il faut le rappeler. Puis un bac + quelque chose ne garantit plus rien ces derniers temps, trouver un emploi peut être un vrai parcours du combattant

    1. Salut Bulle !
      Oui tu le décris bien, le chômage cela peut aussi être un choix qui permet de rebondir par la suite. Et oui, les allocations ne durent pas éternellement et un Bac + ne garantit plus rien c’est clair.
      « un parcours du combattant », mais grave, il y a des gens qui oublient vite ou qui omettent la difficulté de la recherche d’emploi. C’est dingue.
      Merci pour ton message et pour ton point de vue qui me rassure sur le fait qu’on est plusieurs à ne pas avoir une vision unique et tronquée du chômage.
      Bonne soirée ! 😀

  6. Je suis au chômage et je touche 0 allocations. Tous les jours j’ai droits à de petites réflexions du genre. Je comprend donc et soutient ton point de vue.

    1. Bonjour Marion
      Pff c’est incroyable de se prendre ça dans la figure quotidiennement. Merci pour ton soutien et ta compréhension 🙂 c’est top.
      Bonne continuation à ton blog et bienvenue dans le monde des blog 🙂
      Bonne soirée

  7. C’est bien de l’avoir fait. Tout le monde n’oserait pas. Moi aussi, je suis passée par une phase de chômage et on entend tout et n’importe quoi. Bien sûr qu’il y a des glandeurs parmi les chômeurs, mais il y a aussi des gens qui veulent travailler, qui sont diplômés et qui rêvent de décrocher un premier job, qui ne demandent que ça… J’ai horreur des personnes qui font des généralités sur tout et n’importe quoi.

    1. Hello 😀
      Merci pour ton message.
      Je suis pareille que toi (d’où mon intervention) les personnes qui généralisent à tout va, me rendent dingue. Et tu le décris bien, il y a différents profils. On ne peut vraiment pas ranger les chômeurs dans une case.
      Bonne soirée !

  8. C’est tellement ça… je suis diplômée depuis 3 ans, et depuis 3 ans je cherche, je cherche, sans arrêt, et pourtant j’échoue. Et je m’en prends des réflexions, comme quoi je suis une grosse feignasse qui profite du système. Sauf que je fais partie de ces chômeurs non rémunérés car trop jeunes & pas assez bossé.
    Je suis pourtant loin de glander chez moi : j’assume toutes les corvées de mon couple, je gère un conjoint bipolaire, je m’occupe de tout l’administratif… et je passe des heures chaque jour à checker des offres d’emploi qui la plupart sont bidons (recrutement en interne notamment, mais la loi oblige les entreprises à publier leurs offres d’emploi, même si elles ne liront jamais les CV), à rédiger mes lettres, à déposer mes CVs… et non, non, je ne suis pas une pauvre feignasse assistée. Juste une femme qui a obtenu un diplôme qui ne mène à rien, qui n’a pas la chance de bénéficier de relations/pistons, et qui galère pour trouver ne serait-ce qu’un job alimentaire car elle n’avait pas les 15 ans d’xp pro requis pour le boulot le plus pourri du monde…

    1. Salut Blanche Fleur 🙂
      Je comprends ton agacement et ta déception devant des réflexions à la con comme celles que tu cites.
      Tu décris bien ce que ça fait que d’être hyper volontaire et de chercher en ayant la sensation que ça n’aboutit pas. Je suis dans la vie active, mais je comprends très bien la position dans laquelle tu te trouves actuellement.
      Est ce que tu connais l’association SNC ? Après ma démission suite à du harcèlement moral et ma longue année de chômage qui a suivi, j’ai été suivie par deux bénévoles de l’asso et c’est notamment grâce à eux que j’ai retrouvé confiance en moi. J’ai aussi pu prendre du recul grâce à eux.
      Peut-être pourraient-ils t’aider à refaire le point sur ta recherche d’emploi ? Voici leur site : http://www.snc.asso.fr/
      En tout cas, je comprends vraiment que tu sois découragée, mais ne perds pas courage. J’ai parcouru (succinctement) ton blog et on sent que tu es une jeune femme volontaire et motivée. Je suis sûre que cela finira par payer :-D.
      Bonne soirée !

  9. Dieu que ça me parle…

    1. Oui Dark, c’est terrible hein ce genre de discours, heureusement on contrebalance ce genre de propos !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :