Après la fête

2013-06-09-06-16-26En rentrant en Rer le lendemain de l’anniv de ma super copine Stepf, je me sentais bien fatiguée.

7h00 du mat, je m’écroule dans un siège, papote un peu avec mon pote Chris qui rentre aussi sur Paris.

On parle de la soirée. Par moments, le silence se fait, je rêve de me télé-transporter chez moi. Han, comment je me sens vieille que je me dis. Ouais, mais c’est une bonne fatigue, ça vient de cette super soirée me dis-je également.

Après la fête, je me souviens encore de ce petit couple, arrivés en voiture en même temps que moi. Je les avais croisés, il y a 2 ans lors de ce weekend en Charente que je vous avais raconté avec moults détails ici. On plaisante un peu, on parle de leur voyage en voiture. Je suis soulagée  aussi car je ne suis pas la seule à débarquer avec beaucoup de retard à la fête.

Ce moment où je revois ma copine Stepf, après plusieurs semaines passées loin d’elle. Des semaines où les textos, les mails et les messages facebook alimentent notre lien. Tout cela ne vaut rien face à son bisou appuyé sur la joue et face à sa manière de m’appeler par mon petit surnom, je fonds de tendresse à chaque fois.

Quand j’ai choisi plusieurs photos pour illustrer ma page dans un album de souvenirs faits spécialement pour ses 30 ans, j’étais contente de laisser aller ma créativité. Les initiatrices, de cette idée, avaient bien fait les choses et avoir le choix entre des autocollants papillons, des petites étoiles, du scotch bariolé, des feuilles colorées, c’était fun.

J’étais contente d’avoir été prévoyante malgré les températures chaudes de ce samedi, j’avais prévu le pull et la veste. Alors forcément quand nous nous sommes attablés pour manger la viande, les crudités et les salades maisons, j’étais bien contente d’être aussi bien équipée. J’ai pu profiter de mon repas en toute quiétude.

Je n’ai pas du tout senti le moment de spleen arrivé quand j’ai mis cette chanson de Pink. Cela m’arrive parfois ces temps-ci, je suis seule ou avec des collègues ou des ami(e)s, un détail, un mot, une silhouette, un évènement. Une chose qui paraît anodine, mais pourtant cela fait sens pour moi. D’un coup, je me souviens que ma vie personnelle a changé, que je ne suis plus la même. C’est là que je perds pied. Samedi, j’ai progressivement senti la tristesse m’envahir et je n’ai pas pu rester sur cette piste de danse. Alors je suis sortie dans le jardin, presque en courant, je voulais échapper à cette musique, à l’émotion qu’elle me foutait dans le crâne, dans le corps, dans mes tripes. Ma copine S. m’a rattrapée, entre deux larmes, je lui ai dit que cette chanson d’amour me faisait mal. Puis on s’est assises avec les autres, elle a pris mes mains, a parlé, mes amis ont aussi dit quelque chose. Je ne sais plus vraiment ce que c’était, je me souviens juste que cela m’a fait du bien et qu’après plusieurs longues minutes, il y a eu cette chanson de Robin Thicke et je suis partie agiter mon body sur la piste et ça allait mieux.

Il y a ces autres instants durant lesquels on a chanté (une chanson spéciale que nous avons réécrite pour elle, oui, oui), on a dansé sur les tubes du moment, on a applaudi l’ouverture des 30 cadeaux commençant par la lettre S.

 DSC_0101 DSC_0104

On s’est émerveillé devant le lâcher de lampions Thaïlandais dans le jardin. On s’est angoissé aussi lorsque les lampions se sont approchés des arbres ou lorsqu’ils se sont scratchés dans le jardin du voisin (j’avoue que là j’ai ri bêtement parce qu’entendre les gens passés d’un « oh » d’émerveillement à un « aaaaaaaah paniqué traduction de il va s’écraser chez le voisin BORDEL  » c’était drôle), mais ils sont remontés et ont filé vers les cieux pour d’autres aventures.

Et puis au petit matin, nous avons rangé, papoté, essuyé, jeté.

Après la fête, on s’est dit au revoir avec ma copine S. On ne sait pas exactement quand on est ce que l’on va se revoir. Alors, je l’ai prise très, très, fort dans mes bras.

Pour garder le souvenir de ce moment, jusqu’à la prochaine fois.

Publicités

8 Réponses

  1. J’aimerais bien qu’on soit moins éloigné toutes les deux, je suis certaine qu’on passerait plein de supers bons moments. Et puis j’aimerais être là pour toi pour t’aider à traverser cette difficile période.

    1. Oui c’est clair que l’on rigolerait bien et que l’on papoterait souvent :-). Figures toi que je vais bientôt à Toulouse (toulouse Matabiau plus exactement). Je t’envoie un petit mail pour en papoter plus en détails.
      Merci encore une fois

      1. Oh punaise je suis trop contente! Faut qu’on se voit faut qu’on se voit!

        1. Ouiiiii, je t’envoie un mail vite pour que l’on en parle 🙂

  2. les prochains souvenirs sympa ça sera avec des filles trop top que tu rencontres ce we 🙂

    1. Ah ah yes, je sens que ça va être fun 🙂

  3. Bouh ça m’a tiré des larmes! Allez courage ma belle dans quelques temps cette musique tu l’écouteras avec nostalgie mais plus sereinement!
    Plein de bisous!

    1. Roh bah zut, je te fais pleurer de bon matin. Oui, le moment viendra où j’écouterais ça plus sereinement c’est clair :-).
      Bisous, bisous et merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :