Pourquoi j’utilisais plus le mot noir ?

Hier, je parlais à des collègues de la conversation que j’avais eu avec ma sœur sur le sujet, l’année dernière.

On était en voiture. Ma mère et moi voulions lui décrire une actrice américaine ou française, je ne sais plus. On décrivait sa silhouette, son look, sa coupe de cheveux, ses films, nous avions dit aussi qu’elle était black.

Ma soeur nous demanda alors : je comprends pas pourquoi vous dites black, c’est quand même plus simple de dire qu’elle est noire non ?

Là ma mère et moi, nous nous sommes regardées et on n’a pas su quoi lui répondre. Ma sœur continue et nous dit qu’aux Antilles (elle habite en Martinique) le mot noir est utilisé couramment et qu’elle ne comprend pas pourquoi elle entend si souvent des gens en métropole utiliser le terme black. De là, nous avons eu une longue conversation sur le sujet qui m’a beaucoup fait réfléchir.

J’utilise parfois des expressions ou des mots anglais pour déconner dans une conversation ou pour donner un côté second degré à ce que je dis. Genre « Fuck » ou « no way » ou « what the fuck », mais je n’ai aucun mal à utiliser les équivalents en français. Ça faisait un moment, je pense que j’utilisais le mot black à la place de noir pour évoquer de la musique ou pour parler de people par exemple. Du coup, la remarque de ma sœur m’a poussée à me questionner et à reconsidérer l’usage de ces deux mots. Un peu plus tard, j’ai décidé que pour des conversations ultérieures, j’allais utiliser le mot noir tout simplement. D’ailleurs pour moi, quand j’évoquais ma couleur de peau, j’utilisais indifféremment le mot noire ou black.

Eh bah, cela n’a pas été si facile parce que je ressentais un certain malaise à le faire. Quand je prononçais le mot noir, j’avais la sensation de sortir un mot péjoratif, voire une insulte. Ça m’a chiffonnée tout de même alors j’ai poussé la réflexion. Selon moi, le mot était devenu dépréciatif parce que je l’ai souvent entendu dans la bouche de représentants de partis extrémistes et dans la bouche de personnes ayant des idées racistes. Le terme était aussi apparu dans des sketchs, films, blagues ou dans des articles de journaux avec une utilisation véhiculant parfois des tas de stéréotypes vraiment nauséabonds. Ce mot, je l’ai souvent entendu martelé dans ce genre de contextes et du coup je n’avais pas une très haute opinion de ce terme. Pour moi le mot était devenu trop marqué négativement pour être utilisé simplement.

Mais bon, j’ai bien réfléchi à la question. Le problème ne venait pas du mot en lui-même, mais bien des cons de celui ou celle qui jugeait bon d’en faire usage de manière méprisante. Et puis le terme black ne me convenait pas tant que ça au final, j’aime le mot, mais je trouvais qu’il avait un côté un peu trop politiquement correct. Alors, il m’arrive encore de dire black par habitude et parce que j’aime les anglicismes, mais j’utilise aussi maintenant le mot noir. Je le dis comme bon me semble c’est à dire de la manière la plus commune qui soit et dénué de clichés ou d’un aspect péjoratif.

Publicités

16 Réponses

  1. C’est vrai que j’utilise le mot black moi aussi… Je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que « noir » ça sonne péjoratif dans ma bouche (alors que non évidemment).
    Ça me fait penser au sketch de Muriel Robin « mais il est noir NOIR ou noir? ».
    Mais c’est con, je vais utiliser le mot noir, il n’y a rien de péjoratif là-dedans!
    Signé la jaune. Lol

    1. Bah c’est ça, le mot a été tellement usé par des gens attachés à des stéréotypes à la con que j’avais vraiment du mal à m’ôter le côté péjoratif de la tête.
      D’ailleurs ce sketch ne m’a jamais fait rire.
      « Signé la jaune », ah ah ah ah putain je m’y attendais pas à celle là, tu me fais trop marrer.

  2. Je m’étais fait une réflexion similaire. J’ai commencé à utiliser « black » sans savoir vraiment pour quoi – la mode, quoi – et j’ai réalisé que j’avais surement un peu peur que ça fasse raciste, de désigner quelqu’un par sa couleur de peau et qu’en utilisant un mot étranger, on se distancie plus facilement, puis j’ai décidé que c’était un peu con, on dit blanc, on dit noir, pis voilà.

    Et c’est un peu ironique de dire « black » pour être soit disant politiquement correct alors que c’est bien au Etats-Unis que le sujet est le plus sensible.

    Pis bon, on devrait dire, légèrement pigmenté, moyennement pigmenté, fortement pigmenté 😉 Obama étant modérément pigmenté http://blog.ted.com/2009/07/17/breaking_the_il/

    1. La mode, le problème de désigner quelqu’un par sa couleur, la distanciation de la langue américaine, voilà que tu résumes bien ce que je pouvais aussi penser en utilisant le terme black. Et oui vu la situation aux US, ça a quelque chose d’ironique.
      Chouette une intervention Ted (j’adore 🙂 les interventions TED) je vais aller regarder le lien de ce pas. Merci 🙂
      Bonne soirée et bon week-end !

      1. A part ça, j’ai vu le commentaire de Jojo le Dermato sur le « niveau de pigmentation » et j’y ai réfléchi un peu à ce terme. Loin du politiquement correct, cette dénomination a l’avantage de ne pas scinder entre noir ou blanc. En effet, on est tous sur une échelle continue de degrés de pigmentation… ça relativise pas mal, non ?

        1. Oui c’est vrai que le terme montre bien un degré de pigmentation, mais je trouve qu’un mot plus simple et pas forcément noir ferait moins politiquement correct. Je pense que c’est encore à réfléchir…

  3. Même si je n’emploie jamais « black » quand je parle français, je suis d’accord qu’à première écoute, cela fait plus « chic » ou moderne… Peut-être d’ailleurs, paradoxalement, la raison pour laquelle je ne l’utilise pas : j’aurais l’impression de vouloir faire style, de me donner un genre, alors que ce n’est pas ma façon de parler.
    Cela dit, et pour rebondir sur vos commentaires, les termes et leurs connotations changent beaucoup au cours du temps. Je parlais récemment avec ma soeur et nous nous disions justement qu’en anglais, le terme « African American », qui était auparavant considéré comme LE terme politiquement correct, est en train de décliner… De plus en plus de noirs américains pensent simplement : « I’m not African, what the hell does that mean? »
    http://www.manhattan-institute.org/html/_latimes-why_im_black.htm

    1. Hello Jeanne :-).
      C’est clair que le mot black donne une impression de faire genre et c’est de là que venait mon malaise aussi. J’avais la sensation de me donner un style alors que je voulais juste parler de quelque chose simplement.
      Il y a aussi l’évolution du langage tu as raison, un mot tout à fait commun à une époque peut devenir insultant au cours d’une autre époque et retrouver des lettres de noblesse à un autre moment. C’est selon les mentalités ou peut-être qu’il y a une forme de mode ? Je ne sais pas trop.
      Merci pour ton lien d’article, je l’ai trouvé super intéressant !
      Bonne soirée ! et thanks pour cette intervention bloguesque.

    2. Oui, j’en ai entendu parler également…
      Merci pour l’article 🙂

      1. You’re welcome 🙂

  4. En voila une reflexion quelle est bonne !! Le sujet est délicat c’est vrai ! On ne sait plus comment aborder ces sujets aujourd’hui car on a peur de blesser froisser chiffonner !
    Alors que jamais au grand jamais l’idée est de blesser une personne ! Toi même qui te pose la question me fait tout drole car je pensais que tu pourrais m’éclairer !!
    Il est vrai que moi aussi je me pose la question de savoir si noir est un gros mot c’est bête hein !!?? C’est comme Homo; gay; grosse ronde; Et tant d’autres adjectifs!!!
    Les mots sont pas toujours facile à trouver finalement ! Je pense que c’est selon la personnalité chaque individu et son propre resentit et ce qui pourrait blesser une pourrait faire sourire l’autre !
    Enfin bref moi ma petite noire que je garde je l’a surnomme ma louloutte des iles je trouve sa trop chou !!!

    1. Coucou Marielle 😀 !!!!
      Eh bah tu vois, pour moi aussi ce n’est pas une évidence comme quoi 🙂
      Oui c’est vrai que des termes comme homo/gay ou grosse/ronde, il y a aussi une idée que le premier terme est une insulte et pour lisser le discours on en utilise un autre. C’est bizarre au final de faire autant dans le politiquement correct. Bon ça veut pas dire que je suis partisane de chiffonner les gens, je pense qu’il faut ménager les susceptibilités tout de même, mais parfois c’est un peu too much.
      Oui c’est ça, ça dépend de l’individu, mais parfois on a tellement peur de mal faire…
      Après ton « ma louloutte des îles » c’est tellement affectueux que y a pas de doute hein ;-).

  5. Je trouve aussi le débat très intéressant. Du côté des dermatologues (que je suis), on parle de plus en plus dans les congrès et les articles scientifiques de « highly pigmented skin » pour dire noir. Ou comment dire un truc compliquer pour quelque chose qui devrait être tout simple et à laquelle aucun tabou ne devrait être associé !

    1. Hey salut Jojo 🙂 !
      Alors je suis sur le cul de ce terme utilisé pour des articles scientifiques « highly pigmented skin » ça fait vraiment politiquement correct à l’extrême et c’est beaucoup trop compliqué. Et quand vous le traduisez, vous gardez le mot en anglais ou vous avez une trad française toute aussi compliquée. Un peu de simplicité ne ferait pas de mal c’est clair.
      Merci pour ton passage, à plous !

  6. Bel article…
    La réflexion se pose encore aujourd’hui, aux Etats-Unis notamment (c’est un sujet que je connais un peu mieux…) « Negro », « Black » « Afro-american », « African- American », en passant par le péjoratif « Nigger »… Pareil pour les Indiens d’Amérique : Indien ou « Native american »…?
    L’évolution de la langue dépend de sa société.
    C’est vrai qu’avec le terme « Noir » il y a un certain malaise actuel, et le terme « Black » permet une distance, et un certain second degré, comme tu le dis…
    Politiques, Histoire (la France d’un point de vue culturel tend à un certain « melting-pot », à l’inverse des Etats-Unis où la promotion de la différence est mise en avant…)…
    Complexe…Mais je crois que ta soeur à raison, et que tu as fait le bon choix 🙂

    1. Salut Kezako !
      Oui le débat est aussi très intéressant aux US avec l’utilisation en force du terme « Afro-american » qui rappelle davantage les origines. Tu as raison, l’évolution de la langue dépend de la société ainsi que de la manière dont les gens se perçoivent. Le terme nègre me fait horreur par exemple, mais quand je m’interroge sur la question de la négritude qui a été abordée par Césaire ou Senghor, je me dis que ce mot aussi je peux le voir autrement.
      J’ai aussi cette sensation qu’aux US, il y a une différence valorisée et ultra mise en avant.
      C’est complexe, c’est vrai, mais tu mets en avant des éléments de questionnements hypers intéressants qui demanderaient d’autres débats et d’autres articles :-).
      Merci pour cette intervention 🙂
      Bonne après midi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :