Le ridicule tue…la dignité

Hier RER, assise dans un coin 4 places, la tête un peu dans le cul, je lis.

Pas vraiment de mauvaise humeur, mais pas d’une humeur joviale non plus, je suis un peu amorphe.

De mon ouvrage, 3 feuilles dépassent. Il y a là, deux feuilles données par ma diététicienne avec des indications. Une autre remplie pour le travail. Je me fais quand même la réflexion qu’après 2 semaines dans ce livre, il serait temps que je range ces fichues feuilles là où elles devraient.

Plus tard, me dis-je, plus tard.

Je lis donc, quand un petit coup de frein me fait bouger. Les feuilles, en profitent, pour se faire la malle. L’une tombe délicatement et presque de manière poétique à mes pieds (m’enfin poétique dans la mesure où on pourrait faire abstraction de la grisaille, de l’odeur et du sol noir de la rame). Je la récupère. Puis, je cherche l’autre. A mes pieds, sous mon siège, un peu plus loin, je ne vois rien. C’est bizarre. Je l’ai pourtant vu se barrer dans les airs, elle n’a pas du se faufiler bien loin me dis-je.

Je suis tentée de regarder sous les deux sièges en face. Quand même que je me dis, cette chagasse de feuille, elle va pas faire tout ce chemin pour se glisser sous les sièges juste en dessous des barres métalliques. J’ai un doute. Je m’agenouille un peu et là surprise, elle est là, coincée sous les barres métalliques. Je tends mes petits doigts, il me manque un tout petit bout d’espace pour l’atteindre. Je me penche une nouvelle fois, tente de l’attraper, mais non j’y arrive pas. Je me rassois. J’essaie de me persuader que non, j’en ai plus besoin de cette feuille. Mais je ne peux pas, c’est psychologique, je ne peux pas la laisser ici. Alors je me baisse une nouvelle fois, je pose un genou par terre, la tête au ras du sol, mais qui ne le touche SURTOUT PAS. J’essaie de garder mon autre jambe pliée un petit peu en l’air, histoire de faire contrepoids. Et là je tends mon bras à fond les ballons. Mes petits doigts touchent presque au but.

Je pensais que le plan se déroulerait sans accroc. C’était sans compter le nouveau freinage brusque et impromptu du RER. Boom ! je tombe comme une merde la tête (enfin plutôt devrais-je dire la joue) la première sur le sol, surprise je pousse un « HAAAAA! » ridicule, hystérique et fifille au possible. Dans ma chute, j’essaie tout de même d’amortir tout ça par une tentative désespérée de levage de ma seconde jambe pour rééquilibrer mon corps et ne pas m’étaler encore plus. Loupé ! bien droite elle ne m’équilibre pas du tout bien au contraire et je m’affale complètement sur le sol. Et puis, suite à ce mouvement très gracieux de jambe tendue, j’entends très distinctement le « craaaaaaaac « de mon jean qui vient de se trouer au niveau de la cuisse. Je récupère enfin la feuille, mais un nouveau coup de frein m’achève, je retombe. J’essaie de me relever rapidement et c’est là que par réflexe, je m’agrippe désespérément à la première prise venue.

C’est à dire le mollet du mec qui était assis juste à côté de moi.

Hum.

Oh que oui, il me regarde bizarrement. C’est qu’il vient de me voir me gauffrer lamentablement à ses pieds, tout en craquant mon pantalon, tout en finissant par m’accrocher à SON mollet.

Je me sens tellement mal à l’aise. Je me relève, le regarde et lui adresse embarrassée un « je suis désolée ». Il me regarde bizarrement, mais ne dis rien. Je frotte avec délicatesse mes genoux, mes coudes, mes cheveux ainsi que ma joue, histoire d’enlever la saleté que je viens d’accumuler. Ma petite voix retorse me précise que nettoyer un peu mes affaires, ne fera pas revenir ma dignité qui a du aller voir ailleurs si je n’y étais surtout pas.
Je me rassois et surprend le regard désolé et atterré d’un autre monsieur se trouvant assis sur des sièges de l’autre côté. Là je me dis qu’il n’a pas du perdre une miette de ma chute.

Et du craquage de mon jean à la cuisse.

Fuck.

Ensuite, je range bien ma feuille si durement récupérée, je reprends mon livre comme si de rien n’était et je reprends ma lecture. Mais je me sens encore toute déconfite de ce qui vient de se passer me persuadant qu’une partie du wagon a bien vu la scène et qu’il y en a dans mon dos qui doivent bien se foutre de ma gueule. Puis ma station arrive et je me dis que de toute façon je ne reverrais pas ces gens donc bon, je tente de relativiser.

Plus tard dans la journée, je le raconte à une amie et je m’aperçois que si ma dignité n’est plus, au moins mon humour, lui ne s’est pas barré et c’est une bonne chose.

Ps : oui c’est bien moi sur cette photo, c’était l’an dernier pour une soirée déguisée avec pour thème l’adolescence à différentes époques, je crois. Je m’étais habillée telle une ado fluokids. Alors oui, j’ai l’air un peu con prise à ce moment là en train de chanter cette chanson de Whitney Houston. Mais je l’aime bien cette photo, j’ai un petit côté ridicule soit, mais il y a aussi un petit côté mignon à côté de la plaque et ça me plaît. Voi-là:-).

Publicités

16 Réponses

  1. raconté avec humour j’ai souri
    j aurais ete dans le RER assistant a cette scène j’aurais ri 🙂 oups j avoue …

    1. Ma foi, je ne t’aurais pas jeté la pierre, je crois que j’aurais vu quelqu’un d’autre faire la même…eh bien j’aurais méchamment rit :-D.
      Bisous !

  2. lol j’adore ta façon de le raconter, car je crois que je l’aurai vécu à 100% pareil 🙂 mais bon au final on en rit et on passe à autre chose 😉 on a tous nos moments de ce style :p

    1. Oui c’est ça, je me suis dis que j’avais l’air bien con, mais c’était drôle donc je ne me suis pas focalisée là dessus toute la journée. Et puis effectivement ça arrive à tout le monde, :-D.
      Merci !

  3. Merci de m’avoir bien fait rire de bon matin 🙂 Tu racontes si bien que c’est comme si on y était ^^ mais je n’aurais pas ri devant toi quand même :p Je ne sais que trop bien ce que ça fait de se sentir ridicule ^^

    1. Hello Chbeebee,
      je suis contente que ça te fasses rire 🙂 de si bon matin, bon dans l’éventualité où tu aurais été là et que tu aurais ri, j’aurais été un peu ronchon mais j’aurais compris hein, la situation était tellement ridicule qu’il n’y avait pas trop de choix de réactions.
      Toi aussi, tu as un abonnement aux situations ridicules, je me sens moins seule.
      Bonne journée, merci pour ce petit mot !

  4. Excuses moi mais alors rien que d’imaginer la scène je ris !! Mais gentiment hein !!!!
    Par contre que personne ne t’ai demandé si sa allait, ou que personne t’ai aidé à récupérer cette maudite feuille ! Bonjour la solidarité !!!

    Et au faite elle est géniale cette photo dommage que le son n’y est pas tu es vraiment comme je t’imagine !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Et puis enfin Merci pour tes comms sur mon blog j’aime quand j’aperçois dans mes Mails 8 commentaires d’un coup d’un seul à la suite, je sais que Elosya qui est passée par chez moi alors merci je vais y répondre !!!!!
    Biseeeesssssssssssssssssssssssssss et Bon Week end !!

    1. Bah je crois bien que c’était le but de cet article de faire rire alors of course je ne t’en veux pas :-), alors si ça t’a fait marrer chère Marielle, ça me fait grave plaisir :-).
      Techniquement hormis le mec qui était assis à côté de moi et l’autre sur la banquette à côté, les autres personnes n’avaient pas une si bonne visibilité de ma chute (ils ont surtout du voir ma jambe en l’air, hum). Mais effectivement, les deux gars auraient pu au moins s’enquérir de mon état au lieu de me regarder avec des yeux ronds.
      Pour les coms, je t’en prie j’aime bien passer quand je le peux et m’apercevoir que tu as écrit plein de pastilles roses bonbons, poétiques alors ça me fait bien plaisir tu sais. J’aimerais être plus régulière, mais bon comme ça je lis d’un coup, j’ai l’impression de lire un petit livre c’est plaisant.
      Bon début de semaine, bisous !

  5. Heu comment dire le ridicule ne tue pas mais là tu as fait fort. Et là gros moment de solitude. Bon ce sont des inconnus mais tout de même.
    Merci j’ai bien ri pardon mais tu racontes si bien.

    1. Ha oui c’est le mot, gros moment de solitude tu l’as dit, des inconnus, mais tout de même comme tu dis…
      Quoi tu as ris ?!? mais c’était le but ma petite dame 😉
      Bisous !

  6. j’avoue j’ai ri devant la joyeuse description de ta chute, par contre je ne comprends pas : personne pour te filer un coup de main à te relever ou te demander si tout va bien ????
    ils sont bizarres les gens …
    Allez oublie vite tout ça et c’est sympa de l’avoir partagé avec nous.
    PS : ça va hein dis ?
    PPS : et ces fameuses feuilles tu les as finalement rangées ?

    1. Coucou Lheureuse, alors pour répondre à tes questions :
      1/non personne pour m’aider, pour rire ou me regarder bizarrement ça il y avait du monde hein.
      2/oui ça va, t’es trop choupi
      3/bah la honte sur moi, encore dans mon sac, plus dans mon livre, mais encore dans mon sac…
      Merci à toi pour ton petit mot mignon, bisous !

  7. Mouahahahah ! Et le bon bol d’injures est venu avec ou pas ? Ouais, je suis toujours aussi mauvaise mais j’aime pensé que tu en as pris l’habitude. Allez, plein de free hugs avec de l’amitié et de rires étouffés à l’intérieurs. Bizz

    1. Ha ha ha, nan même pas un juron, mon cri ridicule a été le seul truc potable que j’ai pu dire. Oui, j’ai pris l’habitude de ta taquinerie, mais je l’apprécie bien alors ça ne me dérange pas ;-).
      Rires étouffés, lol,
      Des bisous !

  8. Excellent ! J’imagine tellement la scène; J’ai déjà vécu des choses similaires, ne t’en fais pas !

    1. Merci de compatir Marcelle, voilà je me sens moins seule 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :