Eh dire que parfois je me mets trop la pression

La journée avait pourtant bien commencé.

Il faisait beau ce vendredi et j’avais fait péter une petite robe et les lunettes de soleil.

J’étais à jour dans mon travail. J’avais bien avancé sur d’autres taches. J’avais ramené des cookies et mes collègues se régalaient. Ma super collègue avait ramené son moelleux choco (ouais, c’était un peu la teuf de la gourmandise chez nous ce jour là) et tout le monde s’était une nouvelle fois régalé.

Ma directrice est venue travailler sur un dossier dans mon bureau. Il nous a fallu près de 3 heures pour bien expliciter notre sujet et chacune de notre côté, nous avions été bien inspirées pour peaufiner cette présentation. Les bons mots, les bonnes phrases, les bonnes explications. Tout était à sa place dans ce document. Après ce long travail, il ne me reste plus qu’à relire, corriger les quelques coquilles et hop le doc sera nickel chrome pour le lundi pour le rendez-vous client. Je remange un dernier cookie, je pars me préparer un petit thé. Et quand je reviens,

C’est le fucking drame.

Ce doc, si durement réfléchi pendant des heures, il s’est fait la malle. Un bug informatique a fait disparaître la bête et tout notre laïus avec. Je panique, je cherche, je préviens ma directrice. On cherche ensemble, on ne trouve pas. Enfin, si on trouve une version antérieure où il y a près des 3/4 de nos modifs, mais pas l’ensemble du texte. On appelle la boutique d’informatique située juste à côté, j’amène la tour. L’informaticien tente de bosser dessus pour trouver la dernière version.

Je reviens à mon bureau et je travaille sur un autre pc en attendant. J’essaie de retrouver des bribes, mais je suis tellement énervée et je me sens tellement mal que ma concentration n’est pas au top. C’est terrible, car je sais que je n’ai rien touché, que c’est vraiment juste pas de bol, mais je culpabilise. Je me prends la tête dans les mains, je m’énerve, je peste contre la terre entière, contre ce putain d’ordi, contre l’informatique en général qui peut-être un outil aussi merveilleux que malveillant quand ça bug. Et enfin, je peste contre moi-même, je m’en veux, je me dis que j’aurais du faire ci, faire ça. Je fais monter la mayonnaise.

Ma directrice vient me dire au revoir. Elle me dit de lui envoyer par mail la dernière version, elle bossera dessus ce week-end et me dit de ne pas me rendre malade avec ça. Je lui souris, la rassure en disant que non bien sûr, c’est juste que ça m’énerve un peu. Mais quand elle referme la porte, je me dis qu’elle n’a pas tort. Je sens toute l’énergie déployée dans cette mésaventure et je me sens tout à coup aussi épuisée que dépitée.  C’est à ce moment là que je me dis que non vraiment, ça valait pas le coup d’avoir un coup de chaud comme ça. Plus tard, j’ai discuté avec un collègue qui travaillait dans la soirée. Nous avons parlé de nos expériences professionnelles précédentes durant lesquelles nous avions du travailler avec des personnalités difficiles. Il a notamment dit qu’il appartenait à chacun de nous de tirer profit de tout, même du plus négatif.

En partant, je me suis dit que chaque chose arrive pour une raison et que ce jour là, ce bug informatique m’avait permis de discuter avec un collègue et de pouvoir réfléchir positivement à certains éléments de ma vie pro passée dont je ne voyais que le négatif. En rentrant, je discutais avec mon homme de ma mésaventure pro et du fait que je me mettais parfois trop la pression. Et j’ai repensé à cette promesse que je m’étais faite, il y a quelques années dans un certain contexte pro. Je m’étais dit qu’il fallait que j’arrête de me stresser comme une dingue au boulot parce que c’est comme cela que l’on se rendait malade. Je l’ai bien vite oubliée cette promesse dis donc. Mais bon, il n’est jamais trop tard pour y revenir. Il n’est jamais trop tard pour commencer.

Publicités

12 Réponses

  1. Ca nous fait encore un point commun ma poulette! C’est ça d’avoir croisé des psychopathes par le passé… un petit trauma par ci un petit trauma par là! J’ai confiance en toi ma petite tueuse de zombies 😉

    1. Hiiii, à bas les psychopathes qui te pourrissent la vie, un bon gros fuck et on en parle plus. Viiii, je suis une bonne tueuse de zombie maintenant. Merci ma chéwie ♥

  2. Allez hop on respire un bon coup on remue le popotin on dance le zouk !! Et tout ira mieux !!! Héééééééé un secrêt je suis comme toi !!
    Bisousssssssssssssssssssss

    1. Youhou Mariellou !
      Han, mais je les aime bien tes secrets moi. 🙂

  3. oh bah tu sais en ce moment ce sont mes collègues qui m’agacent, mais j’essaie de prendre ça avec du recul mais bon, à croire qu’ils n’ont rien d’autre à faire… allez courage

    1. Les collègues, je trouve que c’est déjà plus difficile de les mettre à distance. Je te félicite d’y arriver au moins un peu :-).
      Merci et bon courage à toi aussi !

  4. latrentainequelleaubaine | Réponse

    Je suis pareil ! Bon courage du coup, et j’espère que vous l’avez retrouvé quand même !

    1. Coucou Onee,
      Bah en fait, non…donc on a fait sans. Mais bon, voilà il a fallu se débrouiller. je serais mieux armée pour une prochaine fois. Merci de demander 🙂
      Bonne journée !

  5. Ma devise dans le cas présent, ce serait : stresser mais pas trop !
    Ou alors si ça vaut le coup.
    Je m’explique. Dans ma boite actuelle, c’est un peu aucune reconnaissance du boulot fourni. Que tu branles rien ou que tu t’investisses à mort, tout le monde est logé à la même enseigne.
    Il m’a fallu beaucoup de temps pour prendre du recul, ne pas essayer à tout prix de tout bien faire vu que de toute façon, ça n’irait jamais et qu’on ne me dirait jamais merci.
    Point positif : quasi plus de stress. Je fais mon taf, ni plus ni moins et basta.
    Mais je sais que le jour où je m’en irai, ce sera plus la même ! Et que pour peu que mon boss soit un minimum reconnaissant et stimulant, là je m’investirai/ stresserai aussi ! Mais je sais que ça en vaudra la peine. Tout en restant raisonnable, cela va de soi.

    1. Coucou Marie,
      J’entends souvent qu’il y a du bon et du mauvais stress. Je suis plutôt une adepte du mauvais stress.
      Mais tu soulèves un truc intéressant, c’est à dire que dans mon cas, mon poste peut donner lieu à du bon stress. Je m’investis toujours dans ce que je fais et là encore plus car niveau direction, on me le rend bien et c’est vraiment agréable. Je dois apprendre à rester raisonnable.
      Pour ta boîte, je me souviens de tes posts concernant le boulot, j’espère que tes désirs pros te mèneront vers un endroit où ton talent sera reconnu enfin comme il le faut 🙂
      Bonne journée !

  6. Il faut savoir se ménager !
    Bon courage !

    1. Merci Oth,
      C’est un art de se ménager, je vais m’atteler à travailler là dessus 😉
      Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :