Ca me rappelle quelqu’un

C’est ce que je me suis dit, quand j’ai entendu cette jeune femme rire dans le resto où je me trouvais.

J’étais avec ma cop’s E. Nous étions en plein papotage, mais mon attention a été happée en quelques secondes par ce rire. Instantanément, le prénom d’une amie, perdue de vue depuis plusieurs années, m’est revenue en tête.

Je me suis retournée discrètement, ce n’était pas elle. J’ai repris ma conversation comme si de rien n’était.

C’est en rentrant que j’ai vraiment repensé à elle. Je me demandais ce qu’elle pouvait bien devenir maintenant. Est ce qu’elle habitait encore près de la région parisienne, est ce qu’elle bossait toujours dans la même boite ?

C’était une amie de longue date. Nous avions été à l’école primaire ensemble. Pas dans le même collègue, mais nous continuions à nous voir un peu. Après le lycée, ce fut le temps des études secondaires. Elle travaillait beaucoup, mais elle ne dérogeait jamais à la petite fête d’anniversaire en compagnie de ses amies les plus proches, de ses parents et de son chéri. J’aimais bien ses soirées où on se retrouvait autour d’une table et où je discutais avec ses parents et ses amies pas vus depuis un an. On ripaillait (je me souviens d’un couscous tellement délicieux que je ne m’étais pas privée pour me resservir, il m’a fallu deux longs jours pour le digérer). Puis venait le cadeau et nous repartions chez nous, riches de ce petit moment de tradition annuelle. A cette époque, je me souviens que l’on pouvait passer des heures entières au téléphone, puis ne pas se donner de nouvelles pendant une longue période.

Elle est partie pour un long voyage professionnel. C’est à ce moment là que les échanges ont changé. Plus je tentais de rester chaleureuse dans mes mails, plus elle semblait afficher une certaine froideur. Je lui parlais relation amoureuse naissante, chômage, envie de m’émanciper du domicile familial. Elle me répondait boulot, boulot, boulot. N’y tenant plus, je lui demandais s’il y avait un problème. Elle me répondit de manière évasive que non. Même si je sentais que quelque chose n’allait pas, mais je n’osais pas aller plus loin.

Et puis, elle a coupé les ponts. Elle a expliqué à une connaissance que moi et une autre amie l’avions beaucoup déçues et qu’elle ne voulait plus nous voir. Elle a dit aussi que nous n’étions plus les mêmes, que nous avions changé et qu’elle n’avait plus de réel lien avec nous. On a essayé de reprendre contact, de comprendre, de dire au revoir posément et rien, face à nous le silence. Après plus de 20 ans d’amitié.

Je lui ai longtemps tenu rigueur de ce comportement. Une rancune tenace s’était infiltrée en moi. Mon égo a longtemps refusé de passer l’éponge. Avec le temps, je me suis aperçue que cette colère masquait une terrible tristesse et que je n’avais pas digéré de me sentir rejetée. Je n’ai vraiment pas compris son comportement et j’en ai vraiment souffert à l’époque.

Et puis il y a quelques mois, j’ai reçu un message de son ami. Il souhaitait organiser une fête surprise pour ses 30 ans et il voulait savoir si je pouvais venir. J’ai décliné son offre. Je ne lui en veux plus, mais faire comme si de rien n’était c’était pas possible.  Je voulais dire à son ami que je ne venais pas, parce que je ne voulais pas me sentir mal à l’aise. Je voulais lui dire aussi que je me voyais mal débarquer comme cela en ce jour de fête alors qu’entre elle et moi, c’était silence radio depuis plusieurs années. Mais j’ai rien dit, j’ai juste dit non.

Je pense parfois à elle, à sa vie de famille, à cet enfant qu’elle a eu que je ne connais pas. Je me demande aussi si elle pense encore à moi. Puis je passe à autre chose, jusqu’à ce qu’un rire vienne la rappeler à mon bon souvenir. Mais je me sens plus légère maintenant. J’ai doucement appris à ne plus rester accrochée à ses amitiés perdues. J’y mettais beaucoup d’énergie. Maintenant, j’apprends à ne plus perdre mon temps avec certaines personnes.  C’est dur, mais du moins j’essaye. Pour cela, j’ai trouvé une bonne chose : je me recentre sur mes amies, mes chéries à moi et ça, ça c’est tout simplement…♥.

Publicités

9 Réponses

  1. Ton histoire est très touchante !!!
    Je sais combien il est dur de rester lier en amitié quand l’éloignement se fait !
    J’ai retrouvé une copine il y a peu ‘ vive fesse book ‘ On sait racontée nos vies depuis notre séparation, on a rigolé, en se remémorant les histoires loufoques qui nous été arrivées ensemble ( Et il y en a eu un paquets « lol » copine d’internat sur plusieurs années sa aide ) Puis le téléphone à de nouveau cessé de sonner ! Pourquoi ?? !!
    JE crois que malgré les choses qui nous ont liés par le passé la vie fait qu’ont change qu’on évolue qu’ont à chacune notre vie avec d’autres amies et un petit ami ou mari et qu’il est difficile de redevenir comme avant !!!Pourtant je crois que ma mentalité elle n’a pas bougé d’un pouce !
    J’espère toujours au fond de moi la revoir pour de vrai !!!
    Elle habite qu’a une soixantaine de Kms de chez moi c’est peu mais ça parait si loin quand on a peur d’être déçue de retrouvée L’AMIE qu’on ne retrouvera sans doute pas comme on l’a laissé !!
    Bisouuuusssss ma Belle !

  2. Comme je te comprends, je suis moi même en train de vivre l’éloignement, la perte même d’une amitié que je pensais indestructible et pourtant…
    Voilà plus d’un an que j’essaye de sauver ce qui peut l’être mais en vain, je commence à baisser les bras et pour être tout à fait honnête ça me brise le coeur. L’amitié pour moi c’est comme l’amour, c’est de ces choses pour lesquelles il faut se battre…non?
    Tant pis, il parait que c’est la vie!

    1. Oh bah ma Clochette, je comprends que ça te brise le coeur. Si tu penses que cela vaut le coup de se battre, eh bien vas-y, tu n’auras pas de regrets. Mais parfois, il vaut mieux laisser les gens partir, parce que cela prend de l’énergie, beaucoup de douleur et que ça vaut le coup de se recentrer sur des personnes qui sont vraiment là. Je suis sure que tu sauras trouver les ressources pour savoir ce qui est le mieux pour toi.
      Bisous Bichette !

  3. Tu as bien fait (ou pas) de ne pas te rendre à cette fête si tu n’en n’avais pas le coeur.
    J’ai été invitée aussi pour les 30 ans d’une camarade de classe du collège, je ne l’avais pas vu depuis nos 17 ans, soit plus de 13 ans!
    Pas de nouvelles non plus, non pas qu’elle ait coupé les ponts, ça s’est fait tout seul…
    On a fini par reprendre contact malgré tout mais je ne me voyais pas assister à cette fête alors que nos vies ont dû considérablement changé en 13 ans. Et puis revoir les gens que je n’aimais pas au collège, l’idée m’était insupportable lol.
    Bref, je vois que tu parviens à te remettre de cette histoire. Moi je suis certaine qu’elle pense encore à toi, on ne peut pas oublier comme ça tant d’années d’amitié, même si on en veut (peut-être à tort) à la personne. La preuve, on pense parfois à ces gens qu’on ne supportait pas, alors quoi de plus normal de penser à ces gens qu’on aimait?

    1. Oui c’est étrange de voir quelqu’un dans ce contexte, quand la reprise de contact est récente et que l’on a beaucoup changé. Je comprends bien que tu n’aies pas eu la folle motivation pour revoir des gens du collègue que tu n’appréciais pas c’est clair !
      Mouais, je disais tout à l’heure à Colinette que j’avais des doutes sur le fait qu’elle pense encore à moi, mais c’est vrai qu’il nous arrive de penser encore à des gens qu’on ne supportait pas, alors effectivement il y a aussi de la place pour les amies perdues dans les pensées, c’est vrai.

  4. Elle pense forcément à toi. Même si vous ne vous voyez plus, vous avez des souvenirs en communs. Tu sais que j’ai retrouvé mon amie de maternelle dans un concert l’autre soir sans savoir qu’on était là respectivement. Et tu sais qui jouait sur scène ? Mon amoureux de maternelle. Parfois, le destin…

    1. Oh c’est marrant ton histoire, le hasard fait des choses parfois très étranges. Est ce que tu leur as parlé ?
      Je ne suis pas convaincue qu’elle pense encore à moi, ou si elle le fait je pense qu’elle élude vite ses pensées ou peut-être que tu as raison qui sait ?

  5. Nous évoluons .
    Le plus important c’est de ne pas avoir de regret .
    Certaines amitiés restent d’autres pas.
    De nouvelles arrivent …

    1. Oui ainsi va la vie amicale et nous évoluons c’est ce qui à mes yeux reste le plus important.
      Merci Helene d’avril, bon après-midi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :