Ma superficialité me joue parfois des tours

Je papotais avec mes copines. L’une d’elles parlait de son anniv et évoquait le fait que d’autres de ses ami(e)s avaient été surpris par certains morceaux que nous avions passé pour danser. Comme Britney ou Usher, vois-tu.

Je lui posais mille questions : qu’est ce qu’ils ont pensé ? Ils ont cru que l’on était nulles ? Ils ont pensé que nous étions bêtes ? Est ce qu’ils pensent que l’on écoute seulement ce genre de musiques ? Puis j’ai embrayé sur le fait que ça m’angoissait terriblement me faisait chier ce genre de situations, parce que j’avais l’impression que les gens nous prenaient pour des filles superficielles. Je crois que mes copines ont fini par dire que ce n’était vraiment pas grave et qu’on s’en fichait de ce qu’ils pouvaient penser.

J’acquiesçais vivement.

Mais au fond de moi, la peur de paraître superficielle aux yeux des autres continue à me poursuivre.

Que je t’explique.

Dans la vie quotidienne, je suis plutôt bon public et un rien me fait rire ou sourire. Ma mère est comme ça et j’ai hérité de ce que je juge comme étant une qualité. A une époque (et même encore maintenant), on m’a souvent dit que je faisais plaisir à voir parce que je semble souvent de bonne humeur. Je suis une anxieuse aussi qui peut s’énerver rapidement. Mais bon, on va dire que je le montre suis moins souvent.

Malheureusement ce qui peut paraître positif pour les uns, peut rapidement devenir une source d’irritation pour d’autres. J’ai donc pu constater suite à des remarques diverses et variées que le fait de rire souvent pouvait être perçu comme une marque de niaiserie apparente. Qu’être souvent de bonne humeur était une attitude proche de celle d’une idiote de village. Rajoutez à ça, le fait que mon cerveau est une formidable base de données concernant les people, la musique de ces 30 dernières années, les films, la télé et la pop culture en général. Ce qui veut dire que par exemple, lorsqu’au cours du déjeuner, l’un de mes collègues est en train de feuilleter un mag et qu’il me demande qui est cet acteur en photo, je peux dire que c’est Bradley Cooper le gars qui a joué dans Sex and The City, Limitless et Very Bad Trip et qu’il a été en couple avec Renée Zelweger. Ce genre de situations arrivent souvent et ça fait un moment que mes collègues hallucinent, me demandent où j’ai branché l’ordinateur et puis ils se disent impressionnés. Et puis il y a ceux, comme ce collègue d’un autre étage qui va dire que je devrais envisager une participation à des jeux télés (là, mon ego se gargarise) et il conclut que je suis la « spécialiste des informations inutiles »(pas méchamment, mais bon, j’ai connu mieux en terme de compliment).

Souvent je me dis que je devrais m’en foutre, que ce sont des gens qui s’attachent aux apparences et qui ne savent pas aller plus loin que le bout de leur nez. Je me dis aussi que c’est très bien comme ça, que cela évite les pertes de temps. Tu vois, je me dis pleins de trucs philosophicos réconfortants comme ça.

Mais il y a des limites et je reste tout de même une fille qui redoute de passer pour une totale écervelée. J’ai des côtés superficiels, ça ne me dérange pas et j’en tire même une certaine satisfaction (notamment par rapport à ma base de données :-)). Mais ce que je n’apprécie pas et qui me rend parfois triste c’est que l’on me cantonne uniquement à cette attitude. J’ai ma part de responsabilités aussi car pendant longtemps mon sourire a été un bon moyen de défense. Moi et mes faiblesses, nous nous sommes longtemps cachées derrière lui en l’affichant en grand en toutes occasions mêmes les fois où je pouvais me sentir agressée, fragile ou dépassée par le comportement de quelqu’un.

Je note tout de même que ce sentiment de dépit face à des jugements hâtifs s’atténue avec le temps. J’ai pris davantage confiance en moi ces dernières années et je sais que j’ai des qualités qui vont bien au delà d’une simple futilité. Mais il y a des moments, comme aujourd’hui, où mue par une envie sauvage, je veux hurler Aline : HEY les gars, je suis une fucking nénette superficielle !!! HA ! mais je ne suis pas que ça ! Juste pour rétablir une vérité qui m’appartient et qui vaut le coup d’être exprimée selon moi.

Après je peux aussi me foutre de ce que l’on raconte sur ma pomme concernant ma pseudo superficialité, je te l’accorde. C’est déjà une autre histoire, j’étudie aussi cette possibilité…

Advertisements

28 Réponses

  1. J’adore jouer les idiotes, tant pis pour ceux qui y croient, ça veut dire qu’ils ne me connaissent pas. J’ai le même cerveau « base de données » que toi 😀

    1. Tu sembles loin d’être idiote en tout cas, je te le dis moi, soeurette de base de données 😀

  2. Tout comme Anne je me reconnais souvent et même très souvent dans tout ce que tu peux nous devoiler dans tes billets et celui ci en est encore un sacré exemple !!!
    Bisooouuuuussssssssssssssss !!!!

    1. Merci une nouvelle fois, je suis contente de voir que mes questionnements et réflexions sont partagées par bien d’autres jeunes femmes, ça réconforte !
      Bises !

  3. Et oui, pour ce qui est du cynisme à la francaise, je l’ai vraiment vu en quittant le pays. J’ai écrit un post à ce sujet, je te retrouverais le lien.
    Bises en attendant

    1. Si tu as écrit un post à ce sujet, j’ai du le lire alors, mais ce serait pas mal d’avoir le lien, d’autres personnes seraient certainement intéressées pour le lire 🙂

        1. Oui je me souviens de ce post. J’avais beaucoup apprécié la manière dont tu avais montré comment ton côté français venaient se positionner et parfois se fondre face à la poésie de l’hébreu. Et puis j’aime bien quand tu dis que lorsque l’on parle l’hébreu, on est jamais seul.

  4. De toutes facons, ma belle, avec ce blog tu prouves si il le fallait que tu n’es pas si superficielle que ca….:) Je ne te connais pas au quotidien, mais ce n’est certainement pas de ce mot-là que j’userais pour te décrire. A toi de voir ce que tu as envie d’ajouter ou de retrancher à ta petite cuisine personnelle !
    Oui j’aime beaucoup l’idée que l’on peut entèrement se créer ou se recréer à tout moment. C’est très responsabilisant: comme tu dis on ne peut plus accuser les autres. Mais tellement libérateur ! On est une page blanche a réécrire tous les jours….

    1. Une page blanche à réécrire tous les jours, ça me plaît bien ça !

  5. hello miss
    c’est une chance et une grande qualité que savoir apprécier les petites choses simples, je ne vois pas en quoi ce serait signe de niaiserie que de rire et sourire fréquemment !
    à croire que les personnes qui peuvent te juger sont dépourvues de légèreté et sont limite aigries !
    tu es très loin d’être une écervelée, tu nous le prouves article après articles !!! non mais, reste comme ça miss, à chacun sa personnalité et la tienne a l’air d’être tout ce qu’il y a de sympa et d’intéressante
    bises tout plein

    1. Coucou Lheureuse :-D!
      J’apprécie de lire les mots « chance » et « grande qualité » dans ton discours. C’est vrai. Ce sont ses petites choses qui me permettent et m’ont permis de tenir le cap dans ma vie lorsque j’ai eu des moments difficiles. Que tu me dises ça, cela me le rappelle et ce n’est pas anodin.
      Oh, mais c’est gentil, gentil, gentil tout ce que tu me dis là.
      Merci vraiment ! Des bisous et bon week-end

  6. on s’en fout d’être superficiel pour les autres tant qu’on est nous mêmes et qu’on s’éclate 🙂

    1. Effectivement, il y a de ça avec l’éclate comme tu dis, du moment que je suis bien avec moi-même, pourquoi m’attacher à l’opinion d’autrui. Non, mais oh !
      Bisous, bisous !

  7. Ah tu met les mots sur le même problème que j’ai! Plus jte lis plus jme reconnais dans tes histoires 🙂 ! Mais pour ce sujet là, malheureusement on peut pas toujours lutter: il y a toujours des gens qui n’essayent pas de voir plus loin que le bout de leur nez !!

    1. Coucou Anne !
      Roh, mais tu me fais tellement plaisir quand tu me dis que tu te reconnais dans ce que je raconte. Je suis contente que mes écrits te « parlent » et du coup je me sens moins seule. Bah c’est vrai qu’il y a un moment où il faut arrêter de lutter et laissez couler. Je pense de plus en plus au fait que perdre son énergie dans ce genre de situations, ça ne sert effectivement à rien.
      Merci pour ce petit message, bonne soirée 😀

      1. 🙂 ! D’ailleurs j’ai pensé à toi samedi parce que j’ai une fuite d’eau des voisins du dessus ! jme suis dit que j’avais trop de chance d’avoir vu ça vite et d’avoir évité l’appart transformé en piscine comme toi ><

        1. Ouf, c’est vraiment cool que tu aies pu éviter cela :-D.

  8. Aloooooors beaucoup de choses à te répondre.
    1. Ce billet est super bien écrit, un vrai régal.
    2. Le contenu: Tout d’abord, j’ai envie de te dire, c’est normal qu’on te juge, tu vis en FRANCE. Sérieusement, je crois qu’il faut sortir un instant de cette culture (parisienne ?) pour comprendre, mais les Francais sont les numéros un de l’humour second degré/ironie/foutage de gueule/ viens-par-là que je te juge un coup. Donc, c’est comme ca, tout trait de caractère un peu saillant sera dit, repété, amplifié. Et tant qu’à faire, tu peux te dire que passer pour une fille un peu légère mais rigolote, y a pire.
    3. Je crois que ton attirance pour la culture pop comme tu dis vient avant-tout de ton attrait pour la nature humaine en générale. Les gens t’intéressent, donc les films aussi, donc les acteurs, donc les séries, donc les magazines etc etc. C’est aussi pour ca que tu écris. Tu es une psychologue version fun. Ca c’est pour le côté marketing des choses 😉
    4. Si ca te dérange, c’est que ca te touche. Alors pose-toi la question : au-delà de la bonne humeur, etre experte en sujets légers ca t’a servi à toi jusqu’à présent ? Est-ce
    par exemple, dans ta famille, à l’école ou ailleurs, c’était mal vu d’être, au choix : intelligent/ éloquent/ profond/introspectif/ sérieux etc ?. Est-ce que tu t’es interdis certaines émotions graves pour x raisons ?
    Pour ma part, j’ai grandi dans une petite école ce qui signifiait qu’on était toujours le même groupe d’enfants d’année en année. Et le hasard a fait que j’étais celle qui avait le moins de mal scolairement. J’ai du commencer à bachoter un peu au lycée -en Terminale, deux mois avant le bac- mais avant ca « me tombait du ciel » sans travailler. Plus tard, j’ai rencontré des tas de gens bcp plus doués que moi, mais dans ce groupe là, j’avais cette étiquette. En plus, j’aimais bcp lire, donc j’avais un vocabulaire assez chatié. Bref, tu vois le tableau, on me l’a fait payer. Et résultat, au lieu d’être fiere, je me suis mise à avoir honte de mes bonnes notes, à rejeter l’école parce que c’etait pas cool d’aimer ca etc. Retrospectivement, si j’avais été dans un environnement plus stimulant, j’aurais pu travailler bien plus, mettre la barre plus haut à la fac etc. Je ne regrette pas parce que j’ai fait comme je pouvais à ce moment -là, et que j’ai retiré aussi beaucoup de choses de cette école un peu à part. Ensuite, j’ai rencontré des gens tout aussi intellos voir plus et je me suis mise à aimer cette qualité chez moi. Aujourd’hui, j’ai aussi des amis moins sérieux qui me disent parfois bon allez assez parlé, on va danser. Et j’y vais avec plaisir. Récemment une amie m’ a dit qu’elle trouvait que mon couple n’était pas assez fun. J’ai grogné, et puis j’ai réfléchi et je me suis dit qu’il y a avait du bon dans ce feed-back, je me suis rendu compte que mon amoureux pensait un peu pareil, et on s’est mis à sortir d’avantage et à s’amuser.
    Bref, ce détour par moi-même 🙂 pour te dire que rien ne t’empêche de prendre ce reflet que certains personnes te renvoient et te demander si oui on non tu est un peu/ beaucoup d’accord avec elles. Et si oui, qu’est-ce que tu as envie d’en faire : laisser paraître un côté plus sérieux, t’intéresser à des sujets que tu jugeais « inacessibles » ou  » pas pour toi » jusqu’à présent etc. etc. A toi de voir!
    It’s your life, design it your way !
    Bises de Tel-Aviv
    Et bravo pour ton courage et ta sincérité.

    1. Coucou Myriam !
      Alors, alors, je vais te répondre c’est parti 🙂
      1-merci, merci, merci
      2-Ce côté français avec un humour second degré/le côté amplifié des comportements observés et le jugement constant( ?) Tu en avais déjà conscience ou cela t’est venue depuis que tu résides à Tel-Aviv ? C’est vrai qu’ici, ce type d’humour est assez courant. Je me demande parfois si il n’y a pas une once de méchanceté là dedans. Maintenant, je peux le dire que je trouve ça sympa d’être perçue comme une fille rigolote. Au moment de l’adolescence et après, quand j’ai commencé à dragzouiller des garçons que je me suis dit que j’aurais voulu être une fille plus « sérieuse » et « mystérieuse » parce que je pensais que cela plaisait davantage aux garçons. Et puis je n’assumais pas non plus ce côté fun car j’avais l’impression de me retrouver du coup dans la catégorie bonne copine rigolote à qui le mec raconte ses déboires amoureux (soupirs) alors que j’aurais tellement voulu leur rouler des pelles à ces garçons (soupirs-bis).
      3- je suis d’accord, je m’intéresse aux gens et à tout ce qu’ils font donc mon intérêt pour autrui se poursuit jusque dans mes passions. C’est drôle, maintenant que j’y pense suite à ce que tu me dis, je pense vraiment avoir toujours eu ça en moi. Psychologue version fun c’est exactement ça.
      4-en fait pour la petite histoire, je n’ai pas toujours été comme ça, enfin si un peu en fait, mais j’ai mis beaucoup, beaucoup de temps à l’assumer ne serait-ce qu’un peu. C’est au moment où j’ai pris des cours de théâtre que ce côté « léger »s’est révélé à moi. Je le planquais, bien, mais dans les cours impossible de le cacher parce que lorsque je jouais en toute sincérité c’est cette partie rigolote de moi-même qui se présentait et qui se mettait en avant. De là, je me suis vraiment laissée aller et j’ai commencé à lâcher prise. Ce que cela m’apporte, je ne sais pas…un certain bagage culturel qui me permet d’être à l’aise avec des gens que je ne connais pas et qui me permet de pousser les conversations vers des domaines variés. Sinon, cette culture me permet de réfléchir et d’analyser des films, des carrières, des domaines pop et ensuite de m’interroger sur la manière dont cela a pu évoluer dans la société contemporaine. D’un point de vue anecdotique, cela me permet de « briller » au blind test, aux questions de culture générale pour les jeux de société et de parfois impressionner des gens. Personnellement, je juge que c’est positif. C’est seulement au moment où quelqu’un va commencer à critiquer cela que je vais commencer à me poser des questions et à me dire que c’est bof (mon estime de moi-même a encore besoin d’être rehaussée, mais j’y travaille :-)).
      Je trouve ton histoire intéressante. L’école peut être un lieu formidable pour développer ses capacités, mais ton « on me l’a fait payer » résume bien les comportements destructeurs dont certains font preuve pour briser d’autres personnes en milieu scolaire. Perso, c’est aussi à l’école que cela m’a jouée des tours, parce que j’avais l’impression d’être uniquement intéressante à cause de cet aspect « fun » et là aussi, cela m’a jouée des tours car je me suis quelque peu enfermée dans ce rôle (oui avec les années, on découvre que l’Autre n’a pas l’entière responsabilité de ce qui ne va pas dans une relation). Et puis tu montres très bien qu’un feed-back constructif peut-être une chose formidable pour s’interroger sur soi. Et en plus si cela t’a permis de te « lâcher » davantage c’est super. Du coup, tu abordes la notion de l’autorisation que l’on peut se faire à soi-même et je pense que je me bride aussi par rapport à certains sujets, parce que je pense ne pas avoir les « capacités » nécessaires pour pouvoir retenir les sujets qui me paraissent « inaccessibles ». Il est peut-être temps pour moi aussi de dépasser cette barrière, je crois.
      « It’s your life, design it your way ! » c’est une belle formule et qui donne à réfléchir.
      Bisous de Paris vers Tel-Aviv !
      Merci de t’être livrée ici et d’avoir apporter cette jolie pierre à l’édifice !

  9. En plus de lire tes articles alors que j’ai pas le temps, tu me fais rire aux éclats alors que je traite de dossiers dans lesquels les gens sont en détresse!!! lol.
    J’ai archi-rigolé sur l’expression “spécialiste des informations inutiles”… Eheh, tu me fais bien rire m’dame!

    1. Yeah ton premier commentaire ici, j’aime. Bon je t’empêche un peu de bosser, mais au moins tu te détends, c’est plutôt cool je trouve :-). Ça me fait plaisir de savoir que je te fais rire.
      Des bécots !

  10. La pop-culture reste de la culture. Le mec branché politique, c’est plus utile, peut-être ?

    Bref… moi je préfère les gens de bonne humeur tout le temps que les rabat-joie de service, ceux-là, ils me font fuir.

    Et je retiendrais ta dernière option : se moquer royalement de ce que peuvent penser les gens est la meilleure des choses !

    1. Salut Memy 🙂 !
      Oui la pop culture cela reste de la culture, mais j’ai souvent l’impression que je « brille » pas trop dans les dîners avec ça, bien au contraire. M’enfin c’est vrai qu’à contrario, les vrais rabat-joie c’est pas agréable non plus. Mouais, t’as raison la bonne humeur, c’est quand même vachement mieux.
      Je travaille vraiment sur la dernière option, me reste plus qu’à le faire au quotidien.
      Bises !

  11. Je me reconnais bien dans cet article ! Bien que je passe surtout pour une grosse niaise, une fille immature, puis j’ai l’impression que ça arrange certaines personnes de me donner cette image. Mais bon, j’ai appris à en jouer 😀
    Je me sers aussi du sourire comme d’une armure de temps en temps, c’est vrai que c’est pratique. Beaucoup plus pratique que de faire l’emo girl (je le sais, je l’ai déja fait).
    Enfin bref, ne te préoccupe pas des autres, reste toi même 🙂

    1. Bonjour Madame Draper !
      Je suis d’accord, il y a des gens que ça arrange de donner cette image. Ils doivent se sentir plus « intellos » et se rassurent sur leurs propres capacités de cette façon. J’en ai joué aussi, dans mon ancien boulot. J’avais une collègue qui critiquait souvent la direction et d’autres collègues en notre présence. Elle attendait que l’on s’y mette aussi et ensuite elle se faisait une joie de tout répéter. Alors pour la « contrer » je faisais la naïve, prenant mon air de fille niaise lorsqu’elle essayait de me faire critiquer d’autres gens et en lui répondant toujours par d’autres questions. Ca a marché, elle n’essayait plus vraiment après. Comme quoi, cela sert aussi.
      Oui le sourire revêt parfois le rôle d’armure. Ha c’est marrant, j’aurais pensé qu’être une émo girl pouvait effectivement donner un côté sombre et froid et du coup éloigner les relouds.
      « Enfin bref, ne te préoccupe pas des autres, reste toi même » c’est ce que je me dis souvent, mais en pratique j’ai du mal. Ca viendra !

      Merci et bonne soirée !

  12. Ah mais pareil je souris facilement et j’ai déjà remarqué qu’on est plus pris au sérieux quand on fait la gueule, c’est clair !! Grrr

    1. Oui, c’est ça, dès que tu fais la gueule ou que tu as un côté boudeur, les gens te jugent plus intelligents. Pff c’est ridicule ! Toi aussi, tu as le sourire facile. On ferait mieux de continuer comme ça.
      Bises et merci pour ton petit message Onee Chan !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :