Dis moi quel est ton job et je te dirais qui tu es (en théorie)

Vendredi, soirée d’anniversaire surprise pour une amie, un super buffet, à boire, de la sique et du fun (bon ok je m’égare un peu là) et des conversations :

Moi : oui ça fait longtemps qu’on s’est pas vu alors comment ça va ?

Mon interlocutrice : ça va bien, puis elle évoque sa vie personnelle et ses projets.

Moi : ouais cool et tu bosses dans quoi ?

Mon interlocutrice : dans quoi je bosse, tu sais c’est pas très important, puis elle embraye sur un autre sujet, mais elle y revient un peu plus tard. Elle : bon si tu veux, je vais te dire dans quoi je travaille, mais je pense vraiment que cela n’est pas très important. Je trouve d’ailleurs que c’est très français de demander ça et qu’en plus les français jugent souvent une personne là dessus.

De là, moi, elle et ma cop’s Aurel, avons une conversation animée, mais courtoise sur le sujet. Moi et ma cop’s étions d’accord pour dire qu’effectivement c’est une question récurrente, mais que cela soit pour elle ou pour moi c’est un bon moyen que nous avons trouvé pour se familiariser avec une personne. Je ne sais pas si c’est vraiment propre aux français de demander le métier à une personne au début d’une conversation, mais personnellement c’est quelque chose que je demande souvent quand je ne connais pas quelqu’un. Pour moi c’est souvent une façon de faire parler l’autre. Je trouve que le travail fait souvent parler un individu que cela soit en bien : j’adore mes collègues, mon boulot est passionnant, je travaille avec des clients très exigeants, mais supers sympas, notre directeur nous offre toujours des petits cadeaux à la fin de l’année, depuis que la nouvelle machine à café est arrivée dans mon service, il y a beaucoup moins de tensions. Ou en mal : ma directrice est cinglée, j’ai un collègue qui est malpoli, ma responsable passe son temps à raconter sa vie, mais alors nous quand on parle, elle n’en a rien à foutre, ce collègue est hypocrite.

Du coup, je me suis interrogée : est ce qu’un travail permet vraiment de cerner précisément la personne que l’on a en face de soi (déformation professionnelle issue de mes études universitaires, sociologie quand tu nous tiens). Je me pose qui plus est la question, parce que dans quelques mois je vais être témoin de mariage et qu’à la mairie, les gens sont présentés via leur état-civil, mais aussi leur profession. Ça me paraît étrange quand même.

Il y a quelques années, j’aurais répondu oui parce que je pensais vraiment qu’un boulot en disait énormément sur la personne qui l’exerce, avant quand un mec me disait : je suis dans la finance, je me disais que le gars était assez rigide et très trop sérieux. Une biologiste dans un labo, je la pensais intello pas drôle. Après je te rassure, je suis quelqu’un qui va toujours plus loin que le bout de son nez et même à l’époque je ne restais pas bêtement cantonnée à cette première impression qui baignait dans un stéréotype bien ancré, disons le. Et puis j’ai modifié mon point de vue (heureusement, j’ai envie de dire, hein). J’ai commencé à voir que dans mon environnement amical certains faisaient des jobs parce qu’ils sortaient de telle école ou telle formation, mais qu’à l’arrivée, ils rêvaient d’une toute autre trajectoire professionnelle. J’ai, moi aussi, changé de velléités professionnelles. Je me voyais dans une carrière à moyen-terme dans les études statistiques, dans des instituts de sondages et après quelques années, je me retrouve à travailler dans le domaine de la culture tout en ayant une activité de blogueuse et des envies d’écriture livresques tenaces. La vie professionnelle est remplie de surprises (bonnes ou mauvaises n’est ce pas) qui t’amènent parfois à reconsidérer le premier choix professionnel tout tracé. Du coup maintenant, quand je discutaille avec les gens. Je leur demande toujours ce qu’ils font dans la vie, mais je prête beaucoup plus d’attention à ce que j’entrevois de la personne par rapport à une autre passion ou envie professionnelle, car c’est là dessus que j’aurais envie de développer davantage la conversation  C’est comme ça que je peux me retrouver (dans ma génération de trentenaire) à papoter avec une urbaniste qui ferait une très bonne psycho-sociologue, un comptable qui ferait un très bon photographe Street Art, un ingénieur qui ferait un délicieux pâtissier ou encore un assistant administratif qui serait un killer de la négociation dans des ventes.

Je suis pas non plus en train de dire que tous les gens que je croise, se rêvent dans d’autres professions, je connais des avocats, orthophonistes, éducatrices spécialisées ou chargée de com qui se sentent bien dans leurs baskets professionnels. Seulement, je m’aperçois juste qu’un métier ne nous dit pas tout sur un individu. Restez à la partie visible des choses c’est bien, mais découvrir la partie immergée de l’iceberg, ça permet aussi de trouver des informations toutes à fait étonnantes qui peuvent parfois être des sources d’inspirations pour soi.

Publicités

16 Réponses

  1. J’aurais pu écrire, mot pour mot, exactement la même chose que PandaVG…
    Je n’ai jamais su ce que je voulais faire. Je n’ai jamais pris au sérieux l’importance qu’importer de faire des études après le bac.
    Ayant un Bac Pro secrétariat, (voie choisit un peu par hasard et par manque de maturité), je pensais qu’il était impossible pour moi de me réorienter vers autre chose après ce fameux bac pro.
    Et viens le moment ou on se rend compte qu’il est toujours possible de dévier de sa voie toute tracée, quand on s’en donne les moyens, mais qu’il est trop tard.
    Même maintenant, je ne saurais même pas dans quoi me lancer si jamais je devais changer. Ou si, j’ai des idées, mais ce serait bien trop compliqué de tout chambouler… et surtout il est bien trop tard pour tout refaire. Je n’ai maintenant plus qu’à assumer mon choix de carrière et me donner les moyens d’évoluer dans ce que j’ai choisi par dépit.

    1. Hello Cynthia !

      On ne se connaît pas et je ne connais ni ton âge, ni ton parcours. Tes mots me laissent dans un premier temps penser que tu vas rester dans cette voie que tu n’as pas choisi, mais en te relisant je vois autre chose. J’ai l’impression qu’il te reste tout de même l’envie et de la motivation pour dévier de cette voie toute tracée. Le fait que tu en aies conscience et que tu l’évoques ici me fait dire que tu n’as pas totalement jeté l’éponge et qu’il subsiste en toi l’envie de te réorienter est-ce que je me trompe 🙂 ? Personnellement, je te dirais qu’il n’est jamais trop tard pour aller voir ailleurs si notre voie professionnelle s’y trouve. Cela peut te sembler compliquer, mais cela vaut peut-être le coup de tenter. Dans ces cas là, on a parfois besoin de personnes ressources pour être accompagné ou motivé, il y a pas mal d’associations ou de structures qui peuvent t’aider dans ce sens, même des amis ou des membres de ta famille. Tu as peut-être un centre de formation à côté de chez toi ? Ou tu peux regarder sur le net ce qu’il te faut. Cela peut paraître laborieux au premier abord, mais en s’y prenant par étape je pense que tu peux avancer pour ton projet et au final tu seras surprise de voir jusqu’où tu as pu arriver.

      Bon après-midi et merci pour ton commentaire 🙂

      Ps : j’ai écrit ce billet de blog, il y a une semaine et j’y explique comment il m’a fallu et comment il me faut encore me battre contre ma résistance au changement pour faire bouger les choses dans ma vie pro. Je te file le lien, peut-être que cela peut t’apporter des éléments positifs en plus : https://elosya.wordpress.com/2012/03/02/audace-vs-resistance-au-changement/. Bises

  2. Ah cette fameuse question…
    Perso, je ne sais toujours pas quel métier me correspondrait le mieux et j’ai l’impression que je ne trouverai jamais.
    J’ai fait souvent des boulots que les gens dénigrent. Comme caissière ou vendeuse. Et maintenant secrétaire.
    Bizarrement, quand tu occupes un poste en bas de l’échelle sociale, tu fais pitié, parce que si t’es là, c’est parce que:
    – tu vaux pas aussi bien qu’eux
    – t’as foiré tes études parce que t’es plus bête qu’eux.
    C’est simple, en soirée quand on me pose la fameuse question pour la première fois, y a qu’à voir la tête des gens et l’intérêt disparaître de leurs yeux une fois que j’ai donné ma réponse… Pourtant je ne suis pas plus bête ou moins intéressante qu’une autre, j’ai juste toujours eu beaucoup de mal à choisir une voie, du coup je prends ce qui passe. Et bon nombre de gens qui occupent des postes non glamour sont comme moi.
    Enfin bref, tout ça pour dire que ça m’arrive de poser la question moi aussi pour avoir un sujet de conversation d’accroche, mais je sais pertinemment que l’habit ne fait pas le moine et qu’il faudra gratter plus que ça pour voir qui est caché sous ce métier.

    1. Hey hey hey salut Panda 🙂

      Bon tu me connais, j’aime radoter donc si si si je suis sure que tu peux trouver. J’en parlais, il n’y a pas si longtemps avec une ex collègue et elle me disait qu’elle ne savait pas dans quoi elle pouvait se lancer comme nouvelle activité. Je lui fais remarquer toutes les activités dans lesquelles elle peut se lancer (il y a plusieurs domaines où elle est douée). Et ensuite, je lui ai dit que selon moi il ne fallait pas qu’elle se focalise sur un truc, mais qu’elle cherche de manière général et après il finira bien par aboutir à quelque chose. Ok, plus facile à dire qu’à faire, mais c’est un bon début nan 🙂
      Les gens pensent souvent connaître les métiers de services, j’en ai fait aussi et c’est clair que certaines personnes ont tout de suite un comportement différent. Moi j’aimais bien raconter des anecdotes marrantes sur les clients bizarres ou les gens qui te demandent des trucs complètement farfelus, ça rend le métier plus fun !

  3. Je peux t’assurer que c’est pas typiquement français, je vis dans des milieux très internationaux depuis quelques années et c’est une question récurrente, je vois ça comme un moyen de briser la glace aussi.

    1. Exactement c’est un très bon briseur de glace, merci pour l’info !

  4. Je te rassure, en Belgique aussi, les gens posent cette question ! Qui finalement est assez naturelle. Quand on ne sait pas trop quoi dire, qu’on ne veut pas poser des questions trop intimes, on demande ce que fait l’autre comme boulot…

    1. Merci Kimie, je me disais bien que cela n’était pas une spécificité française !

  5. Vaste question … Je me suis lancée dans des etudes sans grande convinction, parce qu’il fallait choisir quelque chose après le bac … Au final, j’ai suivi cette voie, je m’y suis parfois plu, parfois deplu, mais aujourd’hui je rêve d’autre chose. Mais c’est dur de sortir de cette voie « toute tracée » comme tu dis … Au final, je ne pense pas qu’un boulot suffise à cerner la personnalité d’une personne mais il y contribue c’est sur … Après les envies (tout comme les personnes) peuvent changer au fil d’une vie !

    1. J’ai l’impression que notre génération est beaucoup plus dans cette démarche de changement que nos parents qui sont parfois restés dans la même entreprise parfois au même poste pendant de très longues années. Je suis d’accord avec ce que tu dis sur le lien entre un travail et une personne.
      Pour la voie toute tracée, personnellement ça a été difficile de m’en écarter, mais je ne regrette absolument pas les nouveaux chemins professionnels que j’ai pris, à bon entendeur 🙂

  6. moi je suis graphiste mais quand on me pose la question, je dis d’abord que je suis dans la communication ce qui n’étonne personne vu que je parle tout le temps…

    1. Graphiste et bonne communicante, cela ne m’étonne pas non plus 🙂

  7. C’est vrai qu’on fait tous un peu ça, demander « mais tu fais quoi dans la vie ?/ Trader/ Ouahhh génial ou alors beurrk, ça pue »
    Difficile de faire autrement tellement c’est ancré dans les valeurs de la société. Et pis bon, après le plumard, c’est là où qu’on passe le plus de temps !

    1. Ouais trader, ça peut faire ce bouble effet ah ah :-). C’est effectivement bien présent dans les codes de la société. Bah ouais on est quand même bien conditionné.

  8. C’est vrai qu’on a tendant à « juger » par rapport au métier. ce qui est idiot parce que de nos jours, beaucoup font le métier qu’ils trouvent et non celui qui leur correspond !

    1. Oh yeah Djahann, tu résumes très bien mon billet de blog en une seule phrase (bon si j’étais synthétique ça se saurait). Je suis so impressionnée 🙂 c’est exactement ça

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :