Black fashion power, s’te plaît magazine Elle, il est où le power dans ton fucking article ?

Elle.

Je t’ai lu, il fût un temps, parce que ça faisait hype de te lire. Parce que je pensais trouver pleins de trucs de ouf dans tes pages. Et puis avec la sagesse l’âge,  je t’ai délaissé. Je te lis de temps en temps dans les salles d’attente, chez des copines, il m’arrive (rarement) de te racheter lorsque certains articles me parlent. Et puis mon intérêt pour toi s’est amoindrit aussi parce que je notais dans tes pages un certain élitisme, un côté très parisien et puis côté fringues on n’a pas du tout les mêmes valeurs financières parce que moi à partir du moment où tu me proposes une veste qui a le même prix que mon loyer, je me dis qu’il y a un GROS souci. Au final, je ne me reconnais pas vraiment dans tes pages voilà.

Et puis j’ai entendu parler d’un mini article concernant le Black Power et le fait que les fashionistas noires américaines de l’industrie du disque délaissaient le streetwear. Un article précédé d’une réputation négative parce que jugé méprisant et même raciste. Alors moi j’entends ça, je m’informe et je vais lire la bête. Et là, je dois dire qu’en quelques lignes, je me suis énervée.

Cet article mis en ligne sur ton site et retiré depuis suite aux 700 commentaires, aux réactions vives de Sonia Rolland et d’Audrey Pulvar (un très bon billet de radio de 4 min que je vous conseille d’écouter) ainsi qu’au tollé qu’il a provoqué dans certains magazines américains. A la base, ton article se voulait une mise en exergue des nouvelles fashionistas noires américaines comme Janelle Monae (chanteuse américaine cf photo en une) Rihanna ou Nicki Minaj.

Je vais être honnête, je comprends et j’adhère à l’énervement et à la protestation des gens devant cet article (si vous voulez le lire c’est ici). Je veux dire comment un magazine féminin vivant soit disant en lien avec les femmes d’aujourd’hui, qui se targue d’être en prise avec l’actualité, les gens, la mode, peut-il arriver à un tel article réducteur aux relents de racisme. Lorsque je lis dans cet article que : « le chic est devenu une option plausible pour une communauté jusque-là arrimée à ses codes streetwear » ou que « en 2012, la « black-geoisie » a intégré tous les codes blancs » et aussi quand tu traduis mal les propos d’un journaliste au New York Times (John Caramanica) qui aurait dit « ce retour au style constituait pour la communauté noire une source de dignité » et qu’enfin tu soumets l’idée que l’on doit voir dans tout ça l’influence des Obama. J’ai juste envie de brailler et de t’envoyer des cailloux (ouais je suis violente quand je ménerve). Tu voulais décrypter une tendance dans sa globalité et je ne vois que ton oeil réducteur dans ce qui est écrit. Tu voulais évoquer un nouveau mouvement culturel et social appelé « black-geoisie » qui intégrerait les codes des blancs et je ne vois que la condescendance de ton analyse.  Tu expliques aussi que ce retour à un style classique apporte de la dignité. Crois-tu vraiment magazine Elle que l’amour-propre de cette communauté puise sa source là dedans. Tu cites les Obama. J’adore les Obama, mais tu les positionnes comme des meneurs de cette mode chic, comme s’il avait fallu les attendre pour que les membres de la communauté noire américaine consentent à s’habiller de cette façon.

Alors, Elle, ta pseudo-proximité me fait rire. Car lorsque l’on veut analyser l’autre quel qu’il soit, on prend la peine de se renseigner avec rigueur et objectivité. En l’occurrence, tu t’es laissé embarquer avec fougue dans l’alignement de poncifs. Ouais et puis juste une chose, que tu veuilles rendre un bel hommage à la communauté afro, ok, mais cela ne me fera pas oublier pour autant le manque de diversité dans tes pages et le fait que j’attends depuis plusieurs années une couverture avec une femme noire.

Je t’ai laissé, magazine Elle, parce que je t’ai souvent trouvé très éloigné de réalités sociales et culturelles. Avec cet article, je vois que cela ne s’est pas arrangé. La rédactrice en chef et l’auteur se sont excusées, la journaliste écrit à la fin de son édito : Tout ce malentendu nous prouve qu’il faut poursuivre le débat, échanger, être à l’écoute. Eh bien, voilà une chose sur laquelle je suis d’accord avec ta journaliste. Par conséquent, j’ose espérer que ce mouvement internet massif de désapprobation t’aura au moins fait vraiment réfléchir. J’ose espérer que tu comprendras que l’on ne peut pas résumer une communauté avec l’alignement de clichés qui se veulent sympathiques, mais qui se révèlent au final dénigrants. J’ose espérer que cette polémique te permettra de t’interroger davantage sur ton manque de diversité, reflet profond de ton manque de curiosité envers des femmes que tu crois connaître. Il serait peut-être temps de vivre vraiment à ton époque, mon cher et de partir à leur rencontre.

Advertisements

12 Réponses

  1. J’ai jamais aimé ELLE… J’avais bien raison.

    1. Clair, je te félicite tu avais bien raison !

  2. je n’étais pas au courant de cet article effectivement c’est quand même choquant… qu’on soit de n’importe quelle couleur on s’habille comme on veut y a pas de styles particuliers à une couleur de peau manquerait plus que ça tiens… qu’il y est des tendances je veux bien mais jamais associé à un type de personnes c’est réducteur… beau billet

    1. Tu fais bien de le dire Bavarde, quelque soit la couleur, on s’habille comme on veut c’est clair. Très réducteur comme propos sinon, carrément. Merci Miss pour ton retour !

  3. Même si je n’ai pas pu lire l’article dans sa globalité, la vingtaine de lignes que j’ai pu en lire sont consternantes il est vrai ! Un enfilage de vieux clichés rances de la part d’un magazine qui a perdu son âme il y a déjà longtemps !

    1. Tu résumes très bien la chose P’tite Madeleine ! J’adore !
      Bises !

  4. Coucou,
    Je n’ai pas lu l’article du Elle mais je vais le faire en revanche j’ai beaucoup aimé le tiens auquel j’adhère totalement!! j’aime ta façon de faire passer un message claire et efficace sans pour autant t’emporter ou être dans l’excès!
    Merci pour ce bel article!

    1. Merci Clochette, c’est exactement dans la veine que tu décris (message clair, efficace sans excès) que je voulais m’exprimer et je suis contente de voir que cela a été perçu par tes soins.
      Bon après-midi !

  5. Heureusement que tu parles de ça parce que je n’ai pas eu vent du tout de cette polémique. C’est vraiment scandaleux.
    C’est clair que chez ELLE, elles ont un peu la science infuse question mode, société, … le tout puisé dans leur longue expérience des soirées parisiennes et autres shows moderies. Sorti de là, on a l’impression qu’elles n’ont jamais mis les pieds hors de leur rédaction, des boutiques de luxe et des SPA hors de prix.
    Ce qui me fait le plus rire dans ce mag, ce sont les enquêtes société aux quatre coins du monde (genre les femmes égyptiennes portant la révolution à bout de bras, celles qui luttent contre l’excision, …). On sent quand même une légère condescendance derrière le discours de féminisme sans frontière …

    1. Marie, tu as résumé la ligne éditoriale de ce mag en quelques lignes. Chapeau, je suis complètement d’accord avec toi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :