La piscine, tu l’aimes ou tu la quittes

Je suis retournée à la piscine.

Quelques mois déjà que je n’avais pas enfilé mon magnifique bonnet arracheur de petits cheveux et mon maillot une pièce. A la base, j’y suis allée pour accompagner le petit bout que je garde à un cours de natation. Mais je peux te dire que ça faisait pas mal de temps que j’avais envie d’y retourner. J’étais gonflée à bloc pour faire mes longueurs pendant la demie-heure de cours du petit.

Est ce que mon retour à la piscine a été conquérant ? Hum, non je ne dirais pas ça.

Je ne me sentais déjà pas très à l’aise en arrivant.  J’aurais voulu me sentir telle une naïade. Je me sentais plutôt comme une cousine de bibendum au pays de la bonnasse. Bah ouais, je suis comme tout le monde, j’ai mes petits complexes et j’ai des jours avec et d’autres sans. Ce jour là étant en l’occurrence un jour totalement sans. Pourtant, je tentais de marcher avec aisance et volupté accompagnée par mes jolies gambettes. Cependant, je ne pouvais faire abstraction des très nombreuses sosies de Miss France. Ces filles à la silhouette longiligne, légèrement musclée qui alignaient les longueurs avec rigueur et beauté. Même le bonnet capote ne faisaient pas de l’ombre à leur allure. Arrivée dans le bassin, j’avais du mal à me concentrer. Trop de nageurs, trop d’obstacles, trop d’éléments perturbateurs. J’étais donc aussi tendue que la ficelle d’un string. Et moi quand je suis stressée, je suis parfois à l’ouest et j’ai plus la motiv. Du coup, j’ai commencé à m’éparpiller et à prendre tous les prétextes possibles pour sortir du bassin. Comme l’oubli du savon dans mon casier. Je pars dans le vestiaire des filles pour récupérer la bête. Je reviens et fait un arrêt réflexif devant la glace des douches. Nan mais sérieux ça sert à quoi une glace ici ? C’est genre pour regarder si ton bonnet et ton maillot te vont bien, pour voir si ton maquillage a coulé. Quelle est l’utilité ? Et puis j’ai eu ma réponse, c’est en me regardant pour voir si mon maillot m’allait bien (meuh non je ne suis pas une fille contradictoire :-)) que j’ai compris qu’une glace de piscine c’est aussi fait pour voir que ton maillot de bain a mystérieusement descendu et que la moitié de la raie de tes fesses dépasse. J’ai mieux compris pourquoi au cours de mes allers-retours, un courant d’air léger, mais désagréable au niveau des fesses se faisait sentir. J’ai aussi mieux compris le regard intrigué d’une maître nageuse sur mon derrière.

Fuck.

Tu te doutes bien ensuite que j’ai passé le restant de ma séance à me toucher cul. Un geste d’une élégance folle n’est ce pas. Malgré ce petit épisode gênant, je décide de ne pas me laisser décontenancée. Je retourne courageusement à l’eau. Je fais mes longueurs assidument et je commence à prendre la confiance; je fais même abstraction des autres nageurs.  Et puis au bout de quelques minutes, j’ai envie de faire pipi. Je me dis que c’est bon j’irais après avoir terminé mes longueurs. Sauf qu’il y a des contextes où je ne sais pas me mentir à moi-même et je finis par sortir du bassin pour aller aux toilettes (oui je suis très contente de ne pas faire partie de ces personnes qui pissent dans un bassin).

Je m’engouffre vite fait dans les douches quand je tombe sur un mec. Je me dis qu’il n’est pas gêné de venir s’incruster comme ça chez les filles. Bon j’en ai vu d’autres c’est pas grave mais tout de même, quelle indélicatesse. Le gars me regarde en fronçant les sourcils. Je lui fais ma tête genre : t’es chelou toi pourquoi tu me zieutes comme ça ? Puis je me retourne et là je vois pas un, pas deux, pas quatre non. Je vois six mecs sortir des vestiaires. Des vestiaires des hommes. Gloups, v’la t’y pas que je me suis gourée et mon cerveau vient seulement juste de comprendre. Léger moment de flottement quand ils me regardent. Je leur fais mon sourire le plus cordial et je reprends le chemin dans le sens inverse. Je tente de partir la tête haute, c’est alors que je glisse sur une marche. Je me rattrape dans une position absolument glamour avec les mains projetées sur les marches en avant et le cul en arrière. J’ai la tentation de me retourner pour voir la réaction de ces messieurs. Toutefois, je me dis que je me suis déjà bien illustrée pour aujourd’hui et que je n’ai vraiment pas besoin en plus de voir la réaction d’autrui sur ce moment somme toute gênant.  Quand je sors, c’est un maître nageur qui me regarde l’air suspicieux.

Blasée, je décide de faire quelques longueurs sans grande conviction. Et je finis par faire l’exercice qui ne sert à rien. Je prends appui sur le bord et bouge les jambes avec l’air concentré d’une jeune femme qui ferait des mouvements d’aquagym. En vrai, je fais juste semblant de travailler intensément mes muscles. Et c’est comme cela que je termine ma pseudo séance de longueurs.

Verdict : pas folichon. En 25 minutes, j’ai réussi à faire quelques longueurs mais rien de très notable comparé à ce que je pouvais faire avant. J’ai aussi réussi à passer pour une exhibitionniste et pour une voyeuse perverse.

Ça c’est fait. C’est pour cela que je ne m’avoue pas vaincue et je retournerai à la piscine faire ma naïade et surtout faire mes longueurs de la mort qui tue. Ça pourra pas être pire. Quoique ?

Publicités

16 Réponses

  1. C’est cocasse…
    Ce qui est bien à la pistache c’est qu’il y a toujours de l’animation.
    J’approuve !
    Banzaï !

    1. C’est vrai qu’il s’y passe toujours quelque chose. J’approuve aussi 🙂 !

      1. Moi je peux pas raconter ce que fais à la piscine, c’est trop la honte…
        En fait depuis un certain temps je me contente de patauger dans le petit bain en papotant avec un pote. Les longueurs ne sont qu’un lointain souvenir.
        D’façon ça sert à rien de se tuer à l’effort, la piscine c’est le seul endroit où on peut même pas voir qu’on transpire.

        1. Moi aussi j’aimerais bien patauger parfois mais la pataugeoire n’est pas toujours un élément obligatoire des piscines. Alors je nage et j’évite mes contemporains dans l’eau.
          Tu ne sues pas, mais au moins tu sais que tu as fourni l’effort de la semaine (ou qu’à contrario t’as rien glandé alors que tu t’étais surmotivé comme un ouf avant de venir ça aussi je connais 🙂 )

      2. Voilà, voilà, moi je suis dans la catégorie de ceux qui glandent rien.
        Et en plus j’assume !
        Mon effort de la semaine c’est un effort d’imagination : me voir en train de nager comme un requin torpille pendant une heure non stop. Pur fantasme…

        1. Au moins tu fais l’effort

      3. Ouaip, on peut dire ça…
        D’façon je m’en fous, je suis par ailleurs un sportif accompli (humpf…).

        1. Oui, oui moi aussi je suis une sportive accomplie (dans mes rêves mais chut hein faut pas le dire)

      4. « Avec de la volonté, le rêve devient réalité » (Theodor Herzl, L’Etat d’Israël)
        Citation pompeuse qui sied parfaitement bien, néanmoins, à la situation qui nous fait discourir ce soir.
        Faut y croire !!!
        Vive le sport !!!

  2. Hey, viens chez moi, j’ai des tas de sirènes (mi-femme, mi-thon) pour te faire passer tes complexes. Même les miens sont tombés !
    Perso, je dirais que ce fut un grand come-back. La prochaine fois, prends la même piscine et tu auras gagné un 3e vestiaire rien que pour toi, une paire de sandales majestueuses MAIS antidérapantes et la crainte dans les yeux des hommes et des maîtres nageurs. C’est pas mal du tout en 25 minutes…
    Bizz

    1. Tu as raison Lulle ce fut un grand come-back assurément. J’aime le principe de sirènes (mi femme, mi-thon), il faudra que je vienne faire un tour vers chez toi pour voir cela de mes propres yeux !

  3. Persévère !!! Bonne soirée.

    1. Thanks pour les encouragements !
      Bonne soirée à toi aussi !

  4. OMG il faut que j’arrête de te lire au boulot, j’ai tout le mal du monde à réfréner les rires qui ne demandent qu’à sortir lol.
    Désolée, comme tu dis, y a des jours sans…
    J’espère que les quelques mecs que tu as vus dans les vestiaires étaient un peu sexy, histoire que tu ne te sois pas rincé l’oeil pour rien 🙂
    En tout cas, c’est bien, tu ne te laisses pas abattre et tu comptes y retourner, yeah, toi t’es une warrior!
    Bisous poulette!

    1. Han t’es trop choupi Panda. Bah les gars oui pas mal mais je me sentais tellement débile que j’ai pas trop eu le temps de vraiment me rincer l’oeil.
      Mon côté warrior ou inconsciente je sais pas trop :-).
      Bisous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :