Quand tu souris, je m’envole au paradis

Je descends la rue.

Je suis à la bourre, je marche vite en me faufilant entre les gens.

Je croise une maman avec sa poussette. Je la regarde, elle me regarde, je la regarde, elle me regarde.

Elle me fait un grand sourire.

Bah qu’est ce que je fais, forcément je lui réponds avec un grand sourire. Puis je continue mon chemin tranquillement. Je me dis qu’il est doux ce moment. Une inconnue me sourit dans cette ville de guedin où les gens font la tronche, s’énervent pour rien, se bouffent parfois le nez. Et je pense en mon for intérieur que c’est sympa un si joli sourire dès le matin.

Et puis chassez le naturel, il revient au galop, toi même tu sais.

Et je commence à me demander le pourquoi du comment de ce sourire. Je me demande si une rencontre s’est déjà produite (non), si c’est une voisine (non), une vendeuse d’une boutique du quartier ou d’une des nombreuses boulangeries (non). Et je me dis qu’il y a forcément un truc louche quelque part. Il y a un pétard caché que je dois découvrir parce que c’est tout de même bizarre.Je suis persuadée qu’elle m’a souri parce qu’elle se foutait de moi AH AH ! on ne me l’a fait pas à moi.

Alors je lance une enquête qui passe en revue tous les scénars possibles. Je vérifie que ma braguette est fermée. Je ne suis pas en pantalon donc RAS. Avec mon legging et mon petit pull, ai-je bien enfiler ma robe qui peut être facilement oubliée dans le stress du moment. la réponse est oui. Je sors ma petite glace de poche et je regarde. Je touche mes cheveux histoire de voir si j’ai pas une mèche à la « Mary à tout prix » ou un bigoudi oublié (oui ça m’est déjà arrivé et oui peut-être bien que je t’en parlerais un jour si tu es sage). Je touche mon visage, un gros bouton, nan, enfin si j’en ai deux qui se sont installés pendant la nuit mais rien de très notable. Ma crème hydratante que j’aurais oublié d’étaler sur les joues et le front. Non pas cette fois ci.  Alors peut être un mickey (pour information, mickey est un autre mot pour désigner ce que l’on appelle plus communément une crotte de nez), non. Et puis tout à coup, l’éclair de génie. Euréka, je sais, ça doit être LA trace du dentifrice. Tu sais cette trace ignoble qui vient se déposer sur ta joue après un bon brossage. Et s’il y a bien un phénomène que je trouve incongru, c’est bien celui ci. Ma brosse à dents reste bien sagement dans ma bouche et ne dérape pas sur ma joue. Pourtant, il m’est arrivé à plusieurs reprises de découvrir cette trace en plein milieu de ma joue. Et je m’en aperçois à l’extérieur de chez moi dans la vitre du métro, d’une boutique, d’une voiture ou par l’intermédiaire d’une personne inconnue qui me le signale très gentiment. Ha bah oui, je m’en aperçois toujours dehors sinon ce serait pas drôle.

Et là ma voix, celle de la raison, prend la parole et me dit : euh dis donc, il ne t’est pas venu à l’esprit qu’elle pouvait te sourire seulement parce qu’elle en avait envie ou parce qu’elle trouvait que tu avais une tête sympa.

Réponse balbutiante de moi même : ha bah beuh mais euh oui.

Et après coup, je me suis sentie un peu con. J’ai pensé : attention tu vas devenir aigrie ou renfrognée ma petite. Parce que oui les parisiens sont des êtres étranges parfois chargés d’agressivité et de stress, mais en quoi cela pourrait-il empêcher d’autres parisiens de créer une mini connivence avec autrui et de se sourire entre eux. Donc j’ai pensé que pour la prochaine fois, je résisterais à ma paranoïa et à mon envie de regarder dans la glace si j’ai un truc bizarre sur le visage. Je me suis dit que je prendrais ce sourire comme il se doit c’est à dire un micro moment sympa partagé entre inconnus et qui égayera ma journée.

Et tant pis si j’ai du dentifrice au coin de la bouche.

Ps : Allez on finit avec Cloclo et « je vais à Rio » car non le titre de la chanson n’est pas « quand tu souris, je m’envole au paradis ».

Pps : les premières notes d’intro de cette chanson, ont été reprises par un groupe pop-rock célébrissime. Ils ont repris exactement les premières notes pour le premier single sorti au mois de juin pour leur prochain album. Une idée de qui ça peut-être ? 🙂


Advertisements

4 Réponses

  1. Ca me faisait ça au début sur Toulouse, tous ces gens chaleureux, avenants, souriants, c’est suspect lol. En fait on s’y fait et c’est bien agréable!

    Je dirais Coldplay madame!

    1. Forcément ça a du te changer de Panam. Bravo pour Coldplay (en même temps, ça m’étonne pas que tu aies trouvé cocotte 🙂 ).

  2. On a du rater une étape dans la longue phase de l’évolution parce que c’est hallucinant de s’interroger pendant plusieurs minutes pour savoir « mais pourquoi diable m’a-t-elle souri ?? » ..
    J’ajoute ma petite pierre à l’édifice : même combat pour moi.
    Excepté que je ne saurais absolument pas dire à quand remonte la dernière fois où un(e) Parisien(ne) m’a souri (sans aucune raison je précise) dans la rue !
    Navrant (mais je ne blâme personne, je suis pareille …)

    1. Même combat pour toi, bon et si on faisait un club. Par contre, j’ai pas de nom qui me vient à l’esprit :-). C’est effectivement un sérieux loupé dans l’évolution.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :