Un petit … et ça repart !

J’ai sommeil. Mes yeux se ferment doucement, dou-ce-ment, trèèèès doucement. C’est le sommeil qui me guette. Il veut m’emporter mais je résiste. Pourtant je glisse lentement dans les bras de Morphée. Alors je me laisse aller et je commence à rêvasser. J’ai la tête qui dodeline un peu, beaucoup. Puis ma tête valdingue dans tous les sens. Ça s’arrête. Plus de mouvements. Je retrouve une certaine tranquillité. Puis je l’entends.

Cette sonnerie de fermeture de porte de métro si caractéristique. Ça me réveille d’ailleurs. Un peu dans le gaz, je vérifie que je n’ai pas loupé lamentablement ma station. C’est bon.

D’accord, il est 18h30 et je suis littéralement avachie sur mon siège, prête pour un gros dodo. Mais j’ai l’excuse d’avoir très peu dormi la nuit dernière. Et puis je me suis sortie avec violence d’une sieste pas du tout réparatrice pour filer à toute berzingue à un rendez-vous que je ne peux annuler. Alors je subis ma fatigue et putain que c’est fatiguant de lutter comme ça contre le sommeil. Je tente de me divertir, le lecteur MP3, un livre, un magazine. Rien n’y fait, j’ai les paupières lourdes. Je profite d’un arrêt à Rambuteau pour observer le quai, les usagers et les affiches de spectacles. Il y a cette jeune femme un peu penchée, les fesses sont hors champ mais elle doit avoir le popotin légèrement relevé pour adopter cette position très glamour. Elle tient un micro, la bouche ouverte dans un sourire éclatant à l’américaine genre : hey guys je suis au top mais j’ai le triomphe modeste. Les cheveux au vent et l’air ultra enjoué. Et puis mon imagination rajoute deux éléments. Je vois une grosse bulle de BD dessinée à la craie blanche devant sa bouche qui dirait : hi hi hi, j’ai pété et une autre bulle vers son postérieur qui dirait : PROUT.

Et là c’est foutu, je suis prise d’un fou rire. Je tente de l’arrêter par tous les moyens. Je me pince les lèvres. Je mets la main devant la bouche. Je ferme les yeux en me répétant que c’est juste la fatigue et mon envie de dormir qui me mettent dans cet état. Je tente de me raisonner en me disant qu’à 30 ans c’est tout de même vraiment nul et puéril de rire parce que j’ai imaginé le mot prout sur une affiche. Enfin, je me dis que je ne peux tout de même pas me marrer toute seule comme ça dans le métro. Hé bien dans mes tentatives d’apaisement de fous rires, j’ai échoué. Et j’ai ri. Ha oui putain qu’est ce que je me suis marrée. J’ai ri au point que la dame située sur une banquette un peu plus loin me regardait comme si je sortais d’un asile. J’ai ri au point qu’une jeune fille inquiète, assise sur un strapontin, s’est mise à me regarder du coin de l’oeil voir si j’allais pas me jeter sur elle. J’ai ri au point que le mec à côté de moi s’est barré à l’autre bout du wagon.

Pourtant c’était pas faute d’essayer de m’arrêter mais rien que de penser à la tronche des gens, à l’affiche et surtout, SURTOUT au prout sorti de mon imagination et bien c’était con, mais je rigolais encore plus. Et je crois qu’il a été prouvé tout à fait scientifiquement par mes recherches subjectives approfondies qu’un fou rire que l’on essaie de stopper, c’est un fou rire qui sera décuplé (ouais médite sur cette phrase de toute beauté).

Alors j’encourage fortement les gentilles personnes qui passeront ici, à livrer leur témoignage de fous rires impromptus car je me sentirais moins seule. Et passé le moment euphorique de la bonne rigolade, je me suis quand même dit que je m’étais sacrément tapée la honte. M’enfin, c’est pas grave vu le regain d’énergie ensuite, je peux te dire que ça valait le coup. D’ailleurs, je ne résiste pas à l’envie de te coller un de mes fous rires télévisuels préférés. Look et enjoy :

Ps : les trois petits points du titre remplacent quel mot à ton humble avis ?

Tapez 1 pour fou rire

Tapez 2 pour prout

Tapez 3 pour non en fait ils ne remplacent rien du tout c’est juste pour faire un titre accrocheur.

En vous remerciant.

Publicités

10 Réponses

  1. Un fou rire mémorable avec une de mes meilleures amies. RER D, gare du nord, 0H30. Nous rentrons de soirée. Je veux m’asseoir car les talons, c’est joli mais ça fait mal aux pieds. Pas trop de place donc je me mets à côté d’un homme avec une forte corpulence. Le train démarre, il s’endort. Mais vraiment. Il tangue dangereusement dans ma direction. Et je m’imagine écrasée sous son poids. Je regarde ma pote qui rigole. Et la c’est la fin. Le rire arrive mais je n’ose pas le réveiller, je pleure, je tousse. Quand il descend à son arrêt, c’est l’explosion.
    Je sais, c’est méchant. Mais la situation était tordante.

    1. Du moment que tu ne lui as pas ri au nez c’est déjà pas mal 🙂

  2. Je fais régulièrement la même chose que toi! J’imagine des tas de choses sur n’importe qui et n’importe où. Je les dessine visuellement dans ma tête.
    Et le mot prout me fait énormément marrer lol.
    Mon dernier gros fou rire, c’était un truc intime avec mon mari alors je peux pas le dire 😀

    1. Ah et le mot qui manque dans le titre, c’est PROUT évidemment!

    2. Ça ne m’étonne pas non plus que ton imagination fertile fasse ce genre de choses. Ha non mais sur ton dernier fou rire, tu en dis trop ou pas assez là 😉 allez ok, par respect pour ton mari, je ne t’en demanderais pas plus 😉

  3. Ah ben voilà, gros coup de barre au bureau, je tombe sur ton blog.
    Et je m’imagine très bien inventant la bulle « prout » (ou sa variante, « oh oh, y a du mou dans ma culotte », comme disait mon cousin étant gamin).
    Sans oublier le fou rire de Bill, excellentissime ! Je peux le regarder à l’infini, ça me fait toujours rire !
    Un mot : merci !

    1. Toi aussi tu es adepte des bulles découlant de ton imagination fertile. Ha tu me fais plaisir Marie. Merci pour ton petit mot :-).

  4. Ca m’est arrivé moi aussi et il y a pas si longtemps … jeudi dernier, je crois en un lieu très austère ! Bon, je suis retombée sur mes pieds mais pourquoi le rire ou même un simple sourire sont-ils mal vus dans notre société ? Il parait que c’est bon pour la santé, que ça libère les bonnes enzymes, etc, etc … Souriez vous êtes filmés !

    1. Je crois qu’ils arrivent souvent au moment où il ne faut pas comme dans un endroit austère par exemple :-). Pour être honnête, je crois que j’aurais été à la place des autres personnes, j’aurais aussi été décontenancée en me demandant si la personne n’était pas cinglée. C’est le fait que la personne soit seule en train de faire quelque chose qui perturbe les autres personnes plutôt que le fait de rire je pense. En tout cas rire est très très bon pour la santé, ça c’est sûr.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :