Princesse, princesse, tu es si joliiiiieeeeee (ou pas)

Photo Princesse Peach source jeux videos.fr

Entendue sur Le Mouv cette chanson « La princesse au petit pois » me faisait réfléchir sur la condition de la princesse dans notre monde.

Oui parfaitement « la condition de la princesse dans le monde » (on dirait une réponse de candidate Miss France) car il fut un temps où je voulais être une princesse.

Je vous arrête tout de suite, pas une princesse comme Charlene ou Kate. Non une princesse genre une girly-girl.

La faute aux princesses Disney et à Princesse Sarah. Ha qu’elle était mignonne celle là mais cela l’empêchait pas de s’en prendre plein la gueule. Ou peut-être bien que ça m’est venue des conseils affûtés d’une copine. Elle m’avait fait tout un laïus sur le concept de « Princesse ». C’est ce qui lui permettait de rendre les hommes accros.

Son secret : être une fille jusqu’au bout des ongles. Dans les faits c’était a) Ne rien laisser passer comme informations  qui seraient susceptibles de faire penser à autrui qu’elle pouvait être un être humain comme les autres b) de manier aussi bien la froideur que le rapprochement soudain avec les hommes c) une princesse ne pète pas, ne fait pas caca, ne ronfle pas la nuit. En résumé c’est la fille propre sur elle, la fille qui contrôle, la fille qui n’a pas un pet mot plus haut que l’autre bref tu l’auras compris « The perfect girl ».

De là l’idée de « la Princesse attitude » a germé en moi. Je me disais oui c’est ça la vérité ! A l’intérieur de moi même, dans les soubresauts de mon inconsicent tordu, je le sais que je suis une princesse mais c’est juste que j’étais pas au courant ! Ha oui je te l’accorde c’est beau la connerie l’auto persuasion.  Alors je me suis cantonnée à coller le plus possible à un « princess style » que j’avais imaginé. Alors j’essayais d’être bien propre sur moi, rien qui dépasse, fringues repassées, nickel. Je prenais soin de ma peau, je la gommais et la parfumais avec intensité. A cette époque, j’aurais voulu la jouer froide avec les mecs mais pour ceux qui connaissent ma bouille j’aurais eu l’air aussi crédible qu’une Mireille Mathieu en train de faire du free style sur une chanson d’Eminem. Crédibilité zéro.

Et puis progressivement, je me suis rendue compte que niet ça me correspondait pas du tout. Je voulais coller à une image  de fifille délicate de toute beauté, qui se tient bien tranquille et qui se révèle aussi mignon qu’un petit lapin de 3 semaines. J’aurais voulu être comme ces filles qui sentent le parfum toute la journée. Qui gardent des fringues nickel du matin au soir. Qui ont un maquillage tellement longue tenue que même à 2 heures du mat elle semble aussi fraîche que dans l’après midi. Dont le mot cuite ne fait pas partie du vocabulaire. Qui s’habille avec classe. Et puis il ne m’a pas fallu trop de temps pour savoir que je ne suis pas ce genre de filles.

Bah oui je suis une fille qui peut s’endormir tout habillée sur son canap après une grosse soirée de murge, se réveiller au petit matin en comprenant à peine où elle se trouve et se retrouver quelques heures plus tard la tête dans la cuvette pour cause d’abus de boissons alcoolisées. Je suis une meuf à qui il arrive de ronfler dans le lit conjugal (seulement quand je suis enrhumée hein) ou parfois en public dans le train comme cette fois où je m’étais endormie dans un transilien et que je me suis réveillée à cause de mon ronflement sonore, tout ça pour m’apercevoir que les personnes autour étaient en train de se marrer et qu’en plus du ronflement j’avais la bouche ouverte et la bave aux lèvres. Je suis une nénette qui finit toute son assiette au resto (parfois même celle des autres) qui la sauce avec gourmandise (oui ça se fait pas en public et alors ?) qui prend un dessert genre brownie ou fondant au chocolat. Ouais au resto, je connais pas le concept salade de fruits, sorbet léger. Je suis trop morfale épicurienne pour me la jouer petite nana qui est calée avec trois feuilles de salade et un filet d’huile d’olive. Je suis une nana dont les fringues blanches ne restent jamais plus d’une heure sans être tâchées par l’opération du saint-esprit. J’ai parfois le vernis qui s’écaille pendant des jours mais je m’en fous. J’éternue en toute indiscrétion et je te ruine les tympans dans le même temps. Double effet casse-couilles j’appelle ça. Je parle et rit très fort en société. Je peux aller aux toilettes avec la robe la plus distinguée de mon dressing et en ressortir avec ladite robe coincée dans la culotte. Et puis il me faut un petit moment avant de me demander pourquoi j’ai un putain de courant d’air au niveau du cul.

Je sais je te vends pas du rêve là mais voilà une fille ça peut aussi être comme ça. Alors je te rassure j’aime bien prendre soin de moi et je sais être distinguée. Je peux aussi être la reine du gommage, de la crème parfumée et être tirée à quatre épingles. De temps en temps. J’ai renoncé à ce concept de fille pas humaine. Et je suis revenue à des choses davantage dans mes cordes.

Ouf il n’est jamais trop tard pour se découvrir mi meuf-mi princesse capable du meilleur comme du pire 🙂

Allez zou finissons en musique avec « Pink » et « Raise your glass ». Encore une qui n’est pas convaincu par le concept « Girly-girl »

Advertisements

9 Réponses

  1. J’me sentais seule jusque-là avec mes éternuements capables de provoquer des crises cardiaques (aah, le pollen, cet ennemi mortel), c’est cool de lire qu’il y d’autres gens incapables de faire des atchoum qu’on n’entendrait même pas (c’est contre-nature en plus, non ?).

    Et puis sinon, j’aime beaucoup ta manière d’écrire et le ton décalé de cet article. Un peu de fraîcheur et de rigolade, ça fait du bien sur la blogosphère quand même 🙂

    1. Ah toi aussi, tu tues les tympans et le rythme cardiaque des gens en éternuant ? Wesh on est copine d’atchoum :-). Et alors ton entourage, il dit quoi ?
      Merci pour mon style d’écriture, je suis allée sur ton blog (je ne suis plus trop sur le monde de la blogo d’où mon manque de réactivité de réponse aux commentaires) et j’aime beaucoup que tu parles de sujets aussi variés et my god Occulus j’ai envie de le voir, mais je suis aussi une flipette des films d’horreur (conjuring m’a bien calmé sur le sujet hein).
      Ca change c’est super cool de lire ça, ça me plaît 🙂
      Oui et sinon j’ai vu que tu as fait une critique sur Babadook, encore un film que je veux voir, mais je crois qu’il serait too much pour moi.

  2. Alors là Miss Elosya vous m’avez fait bien rire! J’ADORE!! C’est tellement vrai et brut de décoffrage! Continue à en écrire des comme ça, c’est vraiment trop chouette!

  3. Ca me rapelle une vieille anecdote…je suis en train de discuter avec un garçon (beau genre qui me plait vraiment,quoi..) et il me dit : « hin,hin, j’t’adore;t’es trop drôle;t’es ma meilleure pote »…et je réponds : « c’est ça mon problème,snif! »…il me dit « quel problème ? »…je dis « ben,les mecs me trouvent toujours sympa et drôles et trop bonne pote…bla,bla,bla… »… »c’est super d’être sympa ! » qu’il me répond…alors je lui dis « oui mais moi, je voudrais qu’un mec me trouve tellement sympa qu’il ait envie de faire du sesque avec moi !!!! »… »euh, t’es dingue ou quoi ? j’t’aime bien(tu noteras que le « jt’adore » disparait si le mec a peur et pense que tu es une psychopathe) mais j’ai pas envie de coucher avec ma pote ! »…
    Voili,voilà, c’est tout le problème de ma vie !
    je te rassure, j’ai depuis trouvé un garçon qui me trouve sympa ET qui veut bien faire du sesque avec moi !

    1. Poilante ton anecdote surtout quand on note le passage du « j’tadore » au « j’taime bien » effectivement c’est radical :-D. Suis contente que tu te sois dégoté un mâle qui aille au delà du côté « pote ». La vie c’est comme dans les films, la fille sympa, drôle et qui sert aussi de meilleure pote arrive presque toujours à ses fins et trouve the guy trop cool qui adore faire du sesque avec elle. C’est beau.

  4. J’adore quand tu te déguises en Princesse Fiona ! Je suis déçue cependant que tu ne pètes pas des étoiles comme toute Princesse qui se respecte
    Et les girly-girls ça existaient jusqu’à Cendrillon, qui a très très mal fini ! (Téléphone à Jean-Louis, il adore raconter son histoire) Les Princesses, elles sont comme tout le monde, elles s’adaptent à l’actu et développent leurs instincts de survie pour éviter de finir vertes à rayures façon Fukushima. Enfin, je crois. Biz

    1. Ha mais oui c’est ça, Princesse Fiona plutôt que Cendrillon. J’adore ton « elles sont comme tout le monde, elles s’adaptent à l’actu et développent leurs instincts de survie pour éviter de finir vertes à rayures façon Fukushima » tu me fais marrer :-D.

  5. J’adore le double effet casse-couilles lol!
    Et j’aime toujours autant « t’entendre » prononcer l’expression « de toute beauté » ;).
    Ah mais moi, je crois que les girly-girls sont chiantes à mourir. Une nana comme toi (ou comme moi lol, je ronfle aussi, je pète pas mal et j’éternue avec force double effet casse-couilles lol) qui n’est pas toute lisse, c’est bien plus fun dans la vie de tous les jours!
    Et puis, les girly-girls existent-elles réellement (ou sont-elles juste toutes des menteuses ^^)?

    1. Je pense que les girly-girls n’existent pas vraiment. Je pense qu’elles peuvent se donner avec succès une image proprette et elles existent aussi à travers l’image de perfection que je projette sur elles (ouh là c’était limite de la philo ce que je viens de dire). C’est vrai que le lisse c’est chiant. T’as raison Panda c’est quand même plus fun d’être une fille comme moué ou toué :-). Qui plus est une fille capable d’un double effet casse-couilles lol.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :