Petit cancre deviendra grand (ou pas ça dépend)

L’institutrice©BD Titeuf par Zep

Je suis tombée sur cet article sur « le cancre François Fillon » qui m’a fait plaisir.

C’est vrai quoi. C’est tout de même marrant de voir qu’un mec considéré comme un élève fouteur de merde rebelle et dissipé qui est passé en terminale avec le commentaire suivant : « Admis en classe supérieure, de justesse. En continuant ainsi, François est sûr d’un échec. » soit devenu premier ministre (pour le meilleur et surtout pour le pire je te l’accorde). Ça me plaît parce que j’ai déjà eu droit à ce genre de remarques destinées à te mettre le nez dans ton caca pour te faire réagir. Sauf que ça te mine scolairement parlant et ô bizarreries ça ne te fait pas progresser.

Au collège et au lycée, je n’étais pas une rebelle du genre à foutre la merde en classe. J’avoue que je me suis déjà fait sortir mais pas à cause de mon attitude. Je me suis fait sortir parce que je rigolais trop fort en cours. Le/la prof irritée m’invitait donc à sortir de classe et à filer chez la conseillère d’orientation.

Hum. Passons.

Mon comportement n’était donc pas un problème. Non, moi mon problème c’était les mathématiques. J’excellais par ma  nullité dans la matière et j’avais des moyennes annuelles défiant les lois de la bienséance. D’ailleurs cela doit être une malédiction puisque ma sœur était aussi nulle que moi dans cette matière à l’école. Et c’est pas faute d’avoir essayé de remonter mes notes à coup de contrôles travaillés pendant des heures et des heures, à coup d’exercices de remise à niveau, à coup de révisions collectives. Mais rien n’y faisait cela ne marchait pas. En 5ème, ma mère (très inquiète) prend rendez-vous avec mon prof de math de l’époque. En lui serrant la main, il lui lance cette phrase : « madame, votre fille est nulle, je ne vois vraiment pas ce que l’on va faire d’elle. Elle est nulle ! » Ma mère qui ne se démonte pas lui demande pour quelles raisons. Et il lui explique par A + B que je glande, que je suis paresseuse et qu’il faudrait penser sérieusement à me réorienter ailleurs que dans un cursus général. Pour lui, il n’y a rien à faire, je-suis-nulle et selon lui ça ne pourra que se détériorer!!! En résumé, j’étais une désespérée notoire de la cause mathématique qui ne valait pas grand chose. Ma mère finit par clore l’entrevue en demandant au prof quelle drogue, il prend. Devant son air interloqué : elle lui répond que c’est pour savoir quel genre de produits elle est censée me donner pour que j’ai l’esprit aussi vif et intelligent que lui pour les mathématiques. Allez bim mange toi ça, en même temps il ne l’avait pas volé. Finalement, je suis passée dans un cursus général et j’ai continué tant bien que mal à essayer de progresser en maths. J’ai jamais eu des notes absolument phénoménales mais par la suite j’essayais de donner le meilleur de moi-même. Et d’autres profs l’ont vu. EUX et ça fait plaisir. D’ailleurs j’ai ensuite fait un cursus universitaire où j’ai dû faire face à des enseignements portant sur les probabilités, les statistiques tout ça tout ça. Et malgré mes angoisses du début (ça recommence je vais encore me chier dessus c’est horrrrriiiiiiiibbllle je suis maudite), j’ai fini par me réconcilier avec les chiffres.

La morale de cette histoire c’est que foutre des coups de pieds au cul pour faire progresser c’est bien mais se défouler et dire des horreurs sur quelqu’un c’est naze. J’ai pensé très souvent aux mots de ce prof et parfois en pleine période de découragement scolaire, il y avait toujours une voix d’outre tombe pour me dire qu’il avait certainement raison. Tu vois l’effet down du truc. L’autre morale de cette histoire c’est que j’ai progressé en cours et cela grâce à d’autres profs qui ont été assez ferme et pédagogue pour me montrer que je pouvais croire en moi et que non ce n’est pas parce que j’étais mauvaise dans telle matière que j’étais nulle tout court.

Il n’y a pas de fatalité, rien n’est figé bordeldezut quoi. 🙂

Publicités

4 Réponses

  1. Crotte, j’ai écrit parmi avec un s dans mon comm précédent. J’ai horreur des fautes!

    1. Pas grave, on n’y fera pas attention.

  2. Ah les professeurs et moi, toute une histoire!
    Je n’ai jamais aimé les profs qui trouvent malin de rabaisser et de dénigrer les élèves qui n’y arrivent pas. Si les élèves comprennent mal, c’est peut-être aussi parce que c’est mal enseigné, CQFD.

    Je n’étais pas faite pour l’école. Pourtant j’ai bien commencé: je savais lire avant d’entrer au CP, j’étais 1ère de la classe tout le temps en primaire, parmis les meilleurs de tout le collège mais ça s’est gâté après.
    Je me suis déscolarisée, j’ai rien foutu de ma vie etc etc.
    Dernièrement, j’ai compris qu’en fait, l’école ne s’adapte pas à tout le monde (ou inversement). J’ai appris la semaine dernière qu’en fait, mon QI est à l’origine d’un fonctionnement cognitif complètement différent et l’école telle que nous la connaissons en France met hors-circuit 30 à 50% des surdoués.
    Comme quoi, tous ceux qui sont en échec scolaire, ou qui sont considérés par les profs comme des bons à rien, ne sont pas forcément des gros nuls incapables.
    Mon prof de maths au lycée n’aurait pas misé un kopek sur moi et en fait la psy qui m’a fait passer le bilan psychométrique m’a affirmé que j’étais une flèche en logique mathématique. lol ça me fait rire maintenant. J’ai vraiment l’impression d’avoir gâché tout ce temps.

    1. Meuh non c’est pas gâché, la preuve ça t’a permis de savoir que tu avais un QI de belle gosse, c’est génial !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :