30 ans et des brouettes (et toutes mes dents)

Samedi soir, une fête, deux anniversaires, de beaux cadeaux, des gâteaux, des pizzas, des bonbons, deux discours, une très bonne nouvelle, de la bonne musique, un salon qui devient discothèque, des voisins tolérants musicalement parlants, une bande de potes, ça boit, ça fume, ça crie, ça chante, ça rigole, ça danse, ça part dans tous les sens. Un moment de bonheur amical.

Et un chiffre.

30.

Ce samedi soir, on fête l’entrée dans la trentaine de deux potes. Moi je compatis. Car je suis passée par là, il y a quelques mois.

Chacun le vit différemment mais perso je me suis un peu mise la pression pour mes 30 ans. Pour être honnête, je me suis foutue une pression MONSTRE et je situe vers mes 20 ans, le moment où j’ai commencé à flipper pour mes 30 ans. On peut dire que c’est un peu exagéré ou bien que je suis précoce pour mon âge. Mais à l’approche de la date fatidique, c’était le début de la fin parce que je n’avais pas fait le quart des choses que je m’étais fixée. Je m’étais faite une sorte de to do list dans ma tête avec l’idée de la trentenaire parfaite que je devais être. Je me voyais trentenaire avec un corps de folie, mes kilos en trop envolés comme par magie (ça devait être le désir de la partie de moi qui croit encore au père noel), des gosses, un travail satisfaisant, bien payé avec des responsabilités. Je me voyais ultra barroudeuse ayant traversé les cinq continents. Je me voyais aussi comme une trentenaire pépère qui a tout vu bu et presque tout fait. J’envisageais plein de choses. Je souhaitais plein de choses.

Et dans les faits ?

Et bien la trentenaire que je suis devenue n’a pas son corps de folie, pour mon plus grand malheur mes kilos ne se sont pas faits la malle par l’opération du saint-esprit, les gosses ça attendra, je travaille mais pas encore dans le domaine dans lequel je souhaite, j’ai voyagé mais hormis la Thailande j’ai pas encore vraiment globe-trotté.

Et pourtant.

Je ne suis pas devenue mon profil idéal de trentenaire mais cela ne m’empêche d’être satisfaite dans le fond. Parce qu’imagines, coller spécifiquement à ce que j’attendais j’exigeais de moi même ça aurait été terriblement ennuyeux au final. Alors j’ai fait au mieux et ça se révèle pas si mal. Contre toute attente je me suis mise au sport et je suis devenue une adepte du jogging (vraiment ça c’est l’hallu), j’ai encore quasiment les mêmes ami(e)s après toutes ces années et vraiment ça c’est génial, je continue à être une férue de cinoche et d’actualités, j’aime toujours autant les blinds tests (peut-être parce que c’est souvent moi qui gagne hi hi hi hi), je m’écoute davantage, je m’affirme davantage, je passe toujours de supers soirées avec les gens que j’aime et j’arrive même à encore faire des nuits blanches (bon il me faut 2 jours pour m’en remettre hein) et surtout j’essaie d’être créative en faisant place à mes passions notamment avec l’écriture (le blog où tu te trouves présentement). Alors non je n’ai pas rempli mon cahier des charges de trentenaire mais est-ce vraiment important ?

Je suis d’humeur philosophique alors je reprendrais une phrase de Barbara Hendricks prononcée en 2001 dans une interview avec Ardisson : « les chaussures où je suis sont celles où je dois être ». Cela m’avait fortement marqué à l’époque et encore maintenant, j’aime beaucoup cette citation. Faire son petit chemin de vie et être heureuse d’être là avec peu ou pas de regrets, c’est déjà pas mal je trouve. D’ailleurs pour cette belle interview très inspirante, je vous invite à la regarder ici.

Bon et puis pendant que je suis dans ce moment philosophique, je te laisse avec le clip de cette superbe chanson « le premier jour du reste de ta vie ». Il y a un message dans cette chanson alors écoute, réfléchis et…bah fais comme tu veux :-).

Advertisements

2 Réponses

  1. et oui, le fameux décalage entre ce dont on rêve et ce qu’on possède… et pourtant la vie est belle, tu as raison de nous le rappeler à tous.
    Sinon ben… Etienne Daho remonte dans mon estime, je n’avais jamais fais gaffe aux paroles!
    et euh…dernière chose, j’ai bien aimé l’intro de l’article, bien trouvé la transition 🙂

    1. C’est ça encore et toujours ce fucking décalage. Mais avec le temps ça s’atténue un peu chez moi, je vois les choses de manière plus positives.
      Thanks Aurel.
      Figure toi qu’Etienne Daho, j’ai acheté un best of il y a plus d’un an qui m’a fait redécouvrir ses singles. Entre les belles paroles et la musique, il fait maintenant parti de mon classement de chanteurs français préférés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :