Depuis que je suis grande, j’ai oublié ce que c’est d’être petite

Soleil, l’après-midi touche à sa fin.

Au parc des Buttes Chaumont, derrière mes lunettes de soleil, j’observe les gens.

Il y a une jeune fille qui est plongée dans un livre.

Une jeune femme blonde en grande conversation avec ses deux amis.

Un mec qui fait rire son groupe d’amis en mimant une scène, il se lève, se rassoit, remue les bras. Ses amis pleurent de rire.

Des couples. Certains allongés, endormis l’un contre l’autre. D’autres en train de bavarder tranquillement. Une fille lit un livre pendant que son homme téléphone. Un homme dort pendant que sa copine utilise son I-Phone.

Des groupes d’ados. Un groupe de filles regarde passer les garçons et semblent se concerter afin de voir si l’une d’elles osera les aborder. Les garçons tournent la tête vers les jeunes filles et semblent s’interroger pour savoir lequel va oser les aborder.

Trois amies se partagent une bouteille de rosé.

Il y a des chiens qui se courent après, s’aboient dessus et font la course pour récupérer un bâton.

Cette tranquillité de fin d’après midi est entrecoupée par les cris et les rires d’enfants. Dans un joyeux bordel, certains jouent dans un mini cours d’eau. D’autres crapahutent dans l’herbe. Un petit garçon arrache des mottes d’herbe afin de faire une sorte de nid. En ce lundi de Pâques, une petite fille promène un lapin (un vrai) en laisse, elle finit par le laisser à sa mère afin d’aller jouer avec ses copines.

Des enfants se positionnent avec un air grave à mi-hauteur d’une pente. Ils regardent plus bas, se parlent, font de grands gestes. Plusieurs s’allongent, ceux qui restent debout donnent le top départ d’une course de roulé-boulé dans l’herbe. A l’arrivée, ça rigole beaucoup, la gagnante sautille. Ils remontent la pente et c’est reparti. C’est quoi un roulé-boulé tu te demandes ? un roulé-boulé c’est lorsque tu t’allonges dans une pente herbeuse et que tu laisses ton corps rouler dans l’herbe jusqu’en bas. Après plusieurs descentes tu as la tête qui tourne et la nausée ou pire une envie de vomir. Je te l’accorde un roulé-boulé est une autre expression pour dire roulade. Sauf que roulé-boulé c’est quand même vachement plus marrant à dire.

Je me dis qu’ils semblent heureux de faire ça. Ils ne s’en lassent pas. Et puis je me dis quand même c’est sale par terre, ils ont plein d’herbes dans les cheveux, leurs jeans et leur T-shirt sont sales et ils pourraient même se retrouver nez à nez avec des bouts de verre ou un obstacle qui pourrait leur faire mal.  Rah la la, qu’est ce qu’ils peuvent être inconscients les gosses quand même.

Rah la la, qu’est ce que je peux être rabat-joie parfois aussi je me dis. Et quand j’étais gamine, est ce que je me posais ce genre de questions ? Est ce que je me demandais si il y allait y avoir un obstacle en plein roulé-boulé ? Non et pourtant j’ai survécu malgré mon inconscience :-). Et mon esprit de gosse alors, il est où ? (Celui ou celle qui répond DTC attention !)

Je réfléchis à la liberté, l’inconscience, la joie de faire des bêtises quand on est enfant. Je me dis que quand on est adulte, on peut le faire aussi et tout à coup prise d’une frénésie enfantine, je me lève (et je te bouscule mouais blague pourrie next).

J’évalue la longueur de la pente.

Il n’y a pas grand monde, je me dis qu’en restant dans un axe bien droit je pourrais éviter les gens.

Et alors…Et alors…je me rassois.

Bah oui mais non je peux pas faire du roulé-boulé en jupe, la jupe qui se relève, les fesses à l’air, la culotte que tout le monde voit tout ça, tout ça. Bon bah ce sera pas pour aujourd’hui.

T’es déçu(e) ? Bah oui moi aussi. Promis, je le ferai un jour, je le ferai :-).

Advertisements

2 Réponses

  1. Enfourner un max de malabar et faire un concours de bulles.
    Courir en hurlant après les pigeons.
    Attraper les garçons, les emprisonner, s’engueuler et tout recommencer.
    Capturer les têtards magiques, sauver les coccinelles et chasser les mouches.
    C’était bon. Et dire que maintenant il faut me menacer pour que je coure ! Raaaa…

    1. Mais il n’est jamais trop tard pour s’arrêter de grandir et se faire un kif régressif ! Même courir ! Bon je te l’accorde que parfois ça peut-être chiant.
      « Attraper les garçons, les emprisonner, s’engueuler et tout recommencer » j’adore. Les filles et les garçons quand ils jouent au parc entre eux c’est exactement ça, d’ailleurs c’est pas uniquement au jardin d’enfants quand tu y penses 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :