Oups I Britbrit again !

It’s Britney Bitch !

She’s back avec un nouvel album « Femme Fatale ».

Alors d’abord un peu d’histoire Britneyienne. En 1999, cette adolescente américaine avec ses couettes et sa jupe d’écolière cochonne débarque dans ma télé avec son premier tube : Baby, one more time. Je suis intriguée par cette nénétte, ses clips mignons, ses chorés à la Lorie, ses chansons d’amour sirupeuses. En 2000, Britney c’est surtout une fille qui prône la virginité et affirme ne pas vouloir de relations sexuelles avant le mariage. Pour la petite histoire, c’était juste une image marketing pour ne pas déplaire à son public de pré-ado vous l’aurez deviné. Car à la même époque, elle avait déjà vu le loup en la personne de Justin Timberlake (son mec pendant 4 ans).  Rah la la, quelle blagueuse cette Britney ;-).

Puis elle grandit, change d’image et de style musical. Je me suis rendue compte du potentiel de la bête avec le single  « I’m a slave for you » et son clip hot. Puis elle a enchaîné les tubes enfin accessibles au grand public. Du coup, elle est devenue l’une de mes copines pour mes playlists de soirées Girly. Notamment avec Toxic qui est LA chanson qui fait bootyshaker les filles pendant 3min42.

Et puis Britney et son « american dream » se sont vautrés. Ça a donné de gros pétages de plombs.

Source photo : celebrity gossip

Vi non mais j’ai dit GROS pétages de plomb

Source photo : Britney’s life

Oui, elle avait vraiment pas l’air commode la dame avec son parapluie.

Après son divorce, des déboires personnels et quelques séjours en cure de désintoxication, Britney revient enfin dans la musique et pond « Blackout » qui serait selon les inrocks un album « inspiré » et de « qualité » rien que ça. En 2010, elle remonte la pente, reprend du poil de la bête et sort l’album de la résurrection « Circus ».

Enfin mars 2011, notre princesse de la pop revient avec un nouvel album intitulé « Femme Fatale ».

Source photo : musique radio

Et vl’a ti pas que je l’ai écouté ce nouvel opus. Verdict : bien ouèj. L’album est truffé de rythmes bourrins mais il remplit très bien sa mission de faire bouger ton corps sur le dancefloor. La miss se tourne vers un son électro-pop avec succès. Aux manettes de cet album, on retrouve son comparse de toujours Max Martin qui la produit depuis son premier album. Il lui a une nouvelle fois produit des titres qui vont à coup sûr devenir des tubes. Elle s’est également entourée de Dr Luke, un producteur qui a fait pas mal de tubes pour Kesha, Katy Perry, Pink ou roulement de tambour pour Paris Hilton. Ouais je vous l’accorde ça fait un peu tâche sur le CV. Mais il a fait du bon boulot pour Britney. Enfin, on trouve aussi Will.Iam qui est décidément partout et produit le titre « The Big Fat Bass ». Après, il faut aussi apprécier d’entendre Britney avec une voix robotisée sur certaines chansons mais bon la miss n’est pas réputée pour ses performances vocales alors bon on s’offusque pas trop.  Mes préférées : « Hold it against me », « Till the world ends » et « Up N’Down ». Dans les chansons plus calmes (attention quand je dis calme tout est relatif), j’apprécie beaucoup « Inside out ».

Il y aura bien des gens pour vous dire : « quelle horreur ce disque », « argh il me fait saigner des oreilles ». Bah oui mais en même temps, ce disque fait ce qu’on lui demande : nous faire secouer les pieds en soirée et il assure grave.

Pour finir avec Britney, je résiste pas à l’envie de vous passer le clip de Hold it against me. Faites abstraction des placements de produits au début. Je suis fan de la deuxième partie du clip qui se révèle un peu barrée avec les danseurs à capuches sans yeux, la baston Britney rouge vs Britney Bleue, j’adore son sourire flippant à 2 min 44 et la choré de fin du clip.

Publicités

2 Réponses

  1. Pour en revenir à ton article sur la musique de merde de 6 mois plus tard (je viens d’inventer le voyage dans le temps!) : Je tiens quand même à rappeler que Slave qui est IMHO le truc le mieux torché de la demoiselle a été écrit et produit par The Neptunes. Y’a pas de miracle, hein. Par contre, je dois être trop veille pour le coup, je n’ai accroché à rien depuis Toxic.

    1. Oui Slave ainsi que Toxic sont effectivement des tubes bien torchés comme tu dis. Et je pense que non tu n’es pas trop vieille ;-). Perso hormis son dernier tube « Till the world ends » que j’aime beaucoup. J’aime encore Britbrit mais musicalement c’est moins fortiche qu’avant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :