La casa muda ou la casa qui te fait bien sursauter

Sortie : 16 Mars 2011

Synopsis : Laura et son père Wilson se rendent dans une maison inoccupée qu’ils doivent retaper selon les souhaits du propriétaire. Ils prévoient de débuter les travaux le lendemain et décident donc de passer la nuit sur place. Des bruits se font entendre au premier étage et le père de Laura s’y aventure pour voir ce qu’il s’y passe. Laura l’attend au rez de chaussée mais il ne revient pas. Que se passe t-il dans cette maison ?

Réalisateur : Gustavo Hernandez

Casting : Florence Colucci, Gustavo Alonso

Pfff à chaque fois c’est la même chose.

Je vais au ciné me mater un petit film d’horreur parce que je me dis que je peux passer un moment cinématographique sympa. Sympa. C’est vraiment pas un mot adapté à ce genre de situation. Dès le générique de début c’est la merde, je me tortille sur mon siège, je cherche des yeux la sortie et je regrette immanquablement ce choix cinéphile. Et puis quand j’ai commencé, je dois voir le film jusqu’au bout. Si je ne le vois pas en intégralité,  je me fais des films dans ma tête sur la suite de l’histoire et c’est encore pire. Je psychote. Parfois, pendant je me dis : cette fois ci c’est la DERNIÈRE fois que je regarde un film d’épouvante. La DERNIÈRE fois.

A chaque fois donc.

Non je ne suis pas une grande malade.

Et cette fois encore, ça n’a pas loupé. Oui, parce que ce petit film uruguayen tourné en un plan séquence de 78 minutes,  avec un appareil photo-caméra Canon EOS 5D Mark II et 6000 dollars m’a fait bondir de mon siège à plusieurs reprises. Bien sûr, les recettes les plus couramment utilisés pour les films de genre sont réutilisées ici : on distille quelques touches de musique crispante, une maison éclairée à la bougie et des bruits angoissants. Mais il y a des moments qui vous prennent bien aux tripes. J’ai compatit au « combat »  de l’héroïne. Laura, petite jeune femme fragile se débat tout au long du film pour ne pas se laisser « dévorer » par les angoissantes présences de cette maison et surtout pour trouver un moyen de sortir. Elle est prisonnière d’une maison (a priori) inoccupée où derrière chaque porte une présence potentielle l’attend. Cela renforce bien l’atmosphère claustrophobique du film et j’ai très bien ressenti la sensation d’emprisonnement vécue par Laura. Une mention spéciale à la scène du grenier. On sait tout de suite qu’il va se passer quelque chose de désagréable mais on ne peut pas s’empêcher de sursauter.

Seul petit bémol, une perte de rythme aux trois-quarts du film qui m’a un peu trop coupé dans les sensations de peur et d’angoisse.  Et je dois être honnête le final m’a un peu laissé sur ma faim. Toutefois, je vous le recommande si vous avez envie de sursauter et de vous apercevoir que par réflexe inconscient, vous avez posé vos mains sur vos yeux pendant le visionnage.

Et puis tourner un film en long plan séquence, ok ça a déjà été fait mais techniquement moi je dis chapeau les gars !

La bande annonce :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :